Financement des cultes : quand l’Etat se sépare de ses Eglises


Partager
Financement des cultes : quand l’Etat se sépare de ses Eglises
Par La rédaction
Publié le
1 min

Suite à la diffusion du documentaire Godvergeten, beaucoup de parlementaires ont demandé au gouvernement qu’il supprime les traitements des ecclésiastiques coupables d’abus sexuels. Et ont appelé, de manière plus générale, à une réforme du financement du culte catholique. Un appel entendu par le Premier ministre Alexander de Croo, mais aussi par l’Eglise de Belgique. Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers, a en effet déclaré que le réexamen du soutien à l’Eglise était négociable.
Des tentatives de réformer le financement de l’Eglise ont déjà été envisagées en Belgique. Deux groupes de travail ont même rendu leurs conclusions, en 2005 et en 2010. Sans suite. Il y eut aussi des propositions de loi visant à supprimer purement et simplement le financement public des cultes. Comme c’est le cas en France depuis 1905 et au Luxembourg depuis 2018. L’occasion pour Dimanche de voir comment l’Eglise fait pour financer ses dépenses dans ces deux pays.

La Basilique Saint-Willibrord à Echternach. © Adobe Stock

Lire aussi :

Fusion des fabriques d’église : « Important que la démarche reste volontaire », soutient Jean-François Husson

Opinion: « Pourquoi ne rappelle-t-on pas aussi tout le bien fait par l’Eglise ? »

Réforme des fabriques d’église : Que contient la note présentée au gouvernement wallon ?


Dans la même catégorie