Le Dorothy, un lieu de rencontre chrétien à Paris


Partager
Le Dorothy, un lieu de rencontre chrétien à Paris
Le Dorothy, c'est bien plus qu’un café social ! Ce lieu de rencontre chrétien se situe dans le quartier de Ménilmontant à Paris. © DR
Par Alain Arnould
Publié le - Modifié le
4 min

Pour les Carnets de Rivages, Alain Arnould est allé à Paris à la découverte du Dorothy, un lieu de rencontre animé par des chrétiens. Marguerite, Edouard et Timothée, jeunes co-responsables lui partagent leur enthousiasme.

Alain Arnould: Qu’est-ce donc que le Dorothy?

C’est un lieu, bien plus qu’un café social dans le quartier de Ménilmontant à Paris, animé par des chrétiens, mais ouvert à tous! Le nom de l’association renvoie à Dorothy Day (1897-1980), journaliste et fondatrice de l’association américaine du ‘Catholic Worker Movement’, qui a consacré sa vie à l’enseignement de la doctrine sociale de l’Eglise et à la défense des pauvres.

Racontez-nous l’ambiance au Dorothy…

Notre bâtiment, que nous louons à la paroisse, accueille des événements et des ateliers d’artistes de diverses disciplines. Notre ligne d’action pourrait se définir par les termes accueil inconditionnel, gratuité, spontanéité, ouverture, débat, justice sociale et écologie.
Ceux qui nous fréquentent viennent du quartier comme du reste de la ville, enfants, jeunes et aînés, issus de toutes convictions pour boire un verre, discuter à bâton rompu, recevoir un suivi scolaire, partager ses soucis, passer un dimanche après-midi familial dans un fauteuil plus ou moins défoncé ou participer à une des nombreuses conférences ou formations.

Quelle est la philosophie du lieu?

Il s’agit d’offrir un lieu convivial où se croiser et recharger ses batteries. Lors des conférences, philosophes, théologiens, sociologues, universitaires sont invités pour exposer leurs idées et visions y compris sur des thèmes sensibles. Le thème de la fin de vie par exemple produit actuellement en France d’importants clivages. Là aussi le Dorothy s’efforce de créer un endroit d’écoute et d’échange à partir d’une sensibilité particulière. Il ne se veut pas un espace militant mais plutôt de réflexion et de conscientisation. Des collectifs chrétiens tels que Lutte et contemplation qui œuvre pour le désinvestissement des énergies fossiles dans les institutions chrétiennes, se retrouvent dans son sillage. Beaucoup de réseaux s’y croisent et ensemble, ils construisent du lien d’où naissent de belles amitiés. Il se veut un lieu où il est "plus facile d’être bon", où chacun est attendu et a une place. Au cœur de cette diversité, le souci de justice s’inscrit en lettres capitales.

Comment se vit le projet chrétien?

Le Dorothy est donc bien plus qu’un café social. Inspirés par la personnalité de Dorothy Day, nous sommes des chrétiens engagés qui cherchent à mettre en œuvre la doctrine sociale de l’Eglise. Nous voulons vivre l’Evangile dans un lieu concret. Nul besoin de crier qu’on est chrétien pour cela. L’étiquette chrétienne ne doit pas créer une barrière. On y apprend par l’agir ensemble car, comme le disait Dorothy Day, "Tout le monde veut faire la révolution mais personne ne veut faire la vaisselle". Le christianisme est une religion de l’Incarnation et il faut pouvoir se mouiller dans le concret. Il ne se vit pas que les dimanches mais englobe tout le quotidien! Il ne peut pas se réduire à un seul thème, comme l’euthanasie, l’avortement ou la question du genre mais doit donner une place à tous les sujets de société. Pourquoi nos prêtres prêchent-ils si peu sur les questions d’écologie? Pour trouver la source de notre engagement, nous, les animateurs, nous retrouvons régulièrement en soirée de maisonnées pour des moments de prière et de partage d’Evangile et d’expériences.

L’engagement social y semble très présent!

Oui, par ses options, le Dorothy démontre que l’Eglise en France n’est pas aussi homogène, classique et ‘tradi’, que ce que l’on peut sans doute parfois imaginer depuis la Belgique. Comme jeunes, nous avons souvent des identités contrastées, sensibles à la beauté liturgique autant qu’à l’écologie ou au social. Au Dorothy, nous n’organisons pas d’adoration eucharistique, c’est le rôle de la paroisse, qui est à cinq minutes. Il y a juste une icône de la Sainte Famille qui veille sur l’espace et une spontanéité dans le partage de foi quand l’occasion se présente. Le Dorothy se veut un ferment dans la pâte humaine et sociétale où la foi est traduite en actes pour construire un monde plus juste et plus humain, à l’écoute de ceux que la société tend à oublier. Nous espérons illustrer que le christianisme social est bien vivant, y compris parmi les jeunes!

Propos recueillis à Paris par Alain Arnould OP
https://www.ledorothy.fr


Dans la même catégorie