Commentaire de l’Evangile du 13ème dimanche du Temps Ordinaire B : “Deux femmes”


Partager
Commentaire de l’Evangile du 13ème dimanche du Temps Ordinaire B : “Deux femmes”
Gabriel Max, La résurrection de la fille de Jaïre, 1878.
Par Pierre HANNOSSET
Publié le
3 min

Comment rencontrer Jésus? Pour l'abbé Pierre Hannosset, l’évangile de ce dimanche [Marc 5, 21-43] nous enseigne deux façons possibles : "par l’intercession et par l’audace".

Une jeune fille et une femme qui doit être plus âgée. On ne sait pas leurs noms; elles resteront des inconnues dans l’histoire de l’Eglise. Ce ne sont jamais que des femmes, diraient certains…

La première n’aura aucun contact direct avec Jésus dans sa "première vie"; c’est son père qui sera l’intermédiaire. Alors qu’elle se lève, qu’elle est réveillée, ressuscitée, elle se met à marcher. 

L’autre touchera Jésus mais, nous dit Marc, en "venant par-derrière". Elle aussi, c’est dans sa "seconde vie" qu’elle verra Jésus face à face. Elle ne se lève pas, mais se jette à ses pieds.

Comment rencontrer Jésus? L’évangile de ce dimanche nous indique deux manières: par l’intercession et par l’audace. 

Par l’intercession, tout d’abord, avec le père de la petite fille. Vous vous souvenez du paralysé conduit à Jésus par des hommes qui le portent sur son brancard. A-t-il demandé quelque chose? On ne le dit pas. Et cette petite n’a peut-être rien demandé non plus. C’est l’affection, l’amour qui pousse les hommes et le père à aller vers Jésus. C’est l’humanité tout entière qui dépose devant Jésus les brancards de nos paralysés et la vie en péril de cette enfant. Nous le disons avant la prière sur les offrandes: "pour la gloire de Dieu et le salut du monde". Notre joie et la gloire de Dieu, c’est que l’humanité soit debout et qu’elle marche. Ainsi l’homme au brancard et la fille marcheront désormais.

"Thalitha koum", dit Jésus: "Jeune fille, lève-toi" ou plutôt, littéralement: "Troisième, lève-toi." Te voilà ressuscitée par la foi et l’amour d’un autre.

Par l’audace ensuite. Qui suis-je donc pour m’approcher de toi, Seigneur, moi dont la vie est caduque, moi qui suis parfois un peu au Royaume de la mort? Humainement, je ne peux plus rien; pas un médecin ne peut me soulager. Mais parce que je sais que tu me veux vivant, je viens à toi. Oh, pas de face, Seigneur, je n’oserais pas, mais presqu’à la sauvette, en ne te touchant même pas… juste un bout de tissu. Mais alors que la foule le presse, l’écrase, elle, elle le touche, elle l’effleure. Un geste plus délicat, laissant toute liberté à celui qui est touché. Et voilà que Jésus, oppressé par qui le presse, est touché par qui le touche. Elle perd du sang, elle est impure. Comment ose-t-elle toucher le vêtement de Jésus? Elle va le rendre impur. Ainsi, le Samaritain, touchant le blessé sur la route, devient lui aussi impur. Mais dans les deux cas, c’est l’inverse qui se passe: la pureté triomphe, comme la santé, le salut, la vie: "Je suis venu pour qu’ils aient la vie et la vie en abondance." Talitha se met à marcher et la femme se jette à ses genoux. Veut-elle s’excuser de son audace? Peut-être… Mais Jésus l’invite aussi à marcher: "Va en paix."

La foi d’un père, la foi d’une femme, notre foi et celle de toute l’Eglise. Confiance absolue en un Dieu
qui sauve!

Abbé Pierre HANNOSSET

Catégorie : Sens et foi

Dans la même catégorie