Fabian Delarbre : « Banneux, c’est un endroit où les gens se confient »


Partager
Fabian Delarbre : « Banneux, c’est un endroit où les gens se confient »
Par Sophie Delhalle
Publié le
5 min

On aurait envie de dire qu’il est les yeux et les oreilles de Banneux. Ou tout le moins, il mériterait largement le surnom de "Monsieur Anecdotes" tant il connaît d’histoires sur la vie du sanctuaire et de ceux qui le fréquentent. Il faut dire que Fabian Delarbre est sur (presque) tous les fronts. Un véritable couteau-suisse !

"Banneux, c’est un endroit paisible, où l’on fait plein de rencontres, où les gens se confient. » Fabian Delarbre. (c) Sophie DELHALLE

Responsable de la liturgie, du secrétariat international, de la communication et chantre, Fabian Delarbre est probablement le meilleur guide, avec le recteur, pour me faire découvrir le sanctuaire de Banneux et me dévoiler aussi quelques-uns de ses secrets.

Lire aussi : « D’où venez-vous? » Entretien avec l’abbé Léo Palm, recteur de Banneux

Tourner la page du Covid

On aimerait ne plus l’évoquer, mais la période covid a marqué Fabian et l’ensemble des employés et bénévoles du site. Le 15 aout 2020 fut une journée noire pour Banneux. "Je suis allé fermer les barrières avec Guy (contre-maître). Si on a échangé cinq mots, c’est beaucoup".

"C’était dur de voir les gens attendre à la grille" confie encore Fabian qui doit rappeler à un habitué, n’habitant pas à proximité, lors de la réouverture conditionnée, que "le gouvernement demande que l’on pratique dans sa paroisse, près de chez soi".  "La police pourrait vous contrôler", l’avertit-il. "Et bien, Banneux, c’est ma paroisse" s’exclame le fidèle, bien décidé à fréquenter le site, même en cette étrange période de restrictions.

"Pourquoi venez-vous de si loin?"

Engagé depuis douze ans à temps plein, voici bientôt vingt ans que Fabian s’est d’abord investi comme bénévole dès l’âge de 18 ans. En décembre 2010, on lui propose de venir travailler comme employé sur le site. "Un beau cadeau de Noël", me dit-il avec un grand sourire.  

Pour lui, "Banneux, c’est un endroit paisible, où l’on fait plein de rencontres, où les gens se confient."

En effet, il suffit d’ouvrir les oreilles. Et les confidences ne se font pas attendre longtemps. Lors de mon passage au Bureau-Info, deux pélerines passaient commande pour un ex-voto. C’est Croccecefisa (crucifix en italien), originaire de Colfontaine, accompagnée de son amie Lucrezia, qui voulait remercier Marie pour deux grâces obtenues. Nous n’en saurons pas plus. Elles participent chaque année au pèlerinage paroissial. "Moi, je viens quand j’en ai envie. Car ici, je reçois la paix du Ciel" ajoute Lucrezia.

Après avoir commandé un ex-voto, Croccecefisa et son amie Lucrezia (à droite sur l'image) ont rejoint le chemin de prière vers la source. (c) Sophie DELHALLE

A Banneux, l’habit ne fait pas le moine. On est souvent surpris. "Encore récemment, j’ai rencontré une dame d’origine vietnamienne qui habite au Danemark" raconte Fabian.

"Pourquoi venez-vous de si loin pour prier à Banneux ?" questionne-t-il un jour. "Parce que s’il y a beaucoup d’ex-voto, c’est que c’est un lieu de grâce !" répond un pèlerin.

Lire aussi : Les fidèles sri lankais sont venus en nombre pour honorer Notre Dame de Madhu à Banneux

A Banneux, il faut aimer les imprévus

"A la fin de mon contrat, dans les taches qui me sont assignées, il est inscrit '+ divers' et bien c’est ce qui prend le plus de place" s’exclame dans un éclat de rire mon guide. Pour travailler à Banneux, il faut aimer les imprévus. "Mon planning initial est rarement respecté." Mais pour Fabian, tout est lié, "je ne pourrais pas choisir entre tout ce que je fais". Il reconnait toutefois que l’accueil des pèlerins est important pour lui. "Je ne le fais pas assez. J’aimerais bien pouvoir lâcher plus souvent ma boite mail".

Si les paroisses se vident, force est de constater que les sanctuaires – redéfinis par le Vatican comme des acteurs de la nouvelle évangélisation - ne désemplissent pas. Et la règle d’or, c’est de s’adapter. Et faire preuve de souplesse, pour accueillir chaque pèlerin dans les meilleures conditions, affirme Fabian.

Vierge de Banneux, qui es-tu?

Lors de mon reportage sur place, j'accoste une jeune femme pour prendre en photo sa petite fiole en forme de Marie qu’elle vient de remplir au robinet. "Vous remarquerez que c’est une Vierge de Lourdes et non de Banneux" m'indique Fabian. En effet. "Les gens nous demandent pourquoi on ne vend pas des Vierge de Banneux en flacons. En fait, la Vierge de Lourdes est couronnée, et cette couronne sert de bouchon. Sinon il faudrait dévisser la tête de la Vierge !" m'explique-t-il avec un certain amusement.

De nombreux pèlerins remplissent des flacons à l'effigie de la Vierge de Lourdes dont la couronne sert de capuchon. Pratique! (c) Sophie DELHALLE

D’ailleurs, comment reconnaître une Vierge de Banneux ? Qu’est-ce qui la différencie ?

"Marie a les mains jointes, elle tient un chapelet, elle baisse la tête vers nous. On ne voit qu’un seul pied décoré d’une rose dorée" me décrit Fabian. Une représentation directement inspirée des apparitions de la Vierge à Mariette Beco. "Plusieurs modèles ont été réalisés. Mais Mariette et les pèlerins ne les aimaient pas. Elle disait souvent qu’il ne fallait pas illuminer la Vierge, mais que celle-ci rayonnait de l’intérieur." Les ateliers brugeois auparavant détenteurs des moules de la statue officielle les ont aujourd’hui cédés à la maison Bel-Art (dont l’enseigne se situe juste avant l’entrée principale du sanctuaire).

Banneux toujours vaincra !

Fabian nous conduit vers le coin du site qu’il préfère : la grande esplanade. "Elle représente bien l’esprit de Banneux" avec ses deux chapelles et cette Vierge qui bénit. "C’est une cathédrale à ciel ouvert" qui a conservé la porte sainte installée en 2015. Et que les pèlerins ont beaucoup fréquenté lors de la période covid pour les messes en plein air.

Avant de se quitter, Fabian me donne encore quelques explications concernant les drapeaux. "Nous avons retiré le drapeau ukrainien car il avait été tagué d’une croix gammée". La statue de la Vierge à la source a elle aussi déjà subi quelques outrages. Mais elle s’est toujours relevée. Et le fera toujours !

Sophie DELHALLE

La maison Bel-Art possède aujourd'hui les moules de la statue officielle de la Vierge de Banneux et propose un vaste choix de statuettes. (c) Sophie DELHALLE


Dans la même catégorie