Patrimoine: rénovation de trois joyaux wallons


Partager
Patrimoine: rénovation de trois joyaux wallons
Par Sophie Delhalle
Publié le - Modifié le
4 min

Quinze millions d'euros seront consacrés à la rénovation de trois joyaux wallons, pouvait-on lire récemment sur le site du journal Le Soir. En réalité, ce sont en tout une vingtaine de sites relevant du patrimoine exceptionnel de Wallonie qui vont connaître un lifting dans les années à venir.

Huit nouveaux accords-cadres ont donc déjà été conclus par le Gouvernement wallon en décembre 2017 pour la restauration de sites exceptionnels, religieux mais pas que. Ces contrats, qui lient la Région et les différents maîtres d’ouvrage impliqués, fixent à la fois la durée et le calendrier des travaux de restauration, étalés dès lors sur plusieurs années, et déterminent l’intervention globale ainsi qu’annuelle de chacune des parties dans le coût de ces restaurations d’envergure. Les anciens thermes de Spa, la Basilique Notre-Dame de Bon-Secours à Peruwelz et l’église Saint-Martin d’Arlon vont donc pouvoir être rénovés, comme l'indique nos confrères du journal Le Soir, grâce aux trois nouveaux accords-cadres d’un montant total de 15 millions d’euros validés le jeudi 24 mai dernier par le gouvernement régional dans le cadre du Plan wallon d’investissement.

Concrètement, 4,5 millions d’euros sur cinq ans seront alloués aux anciens thermes de Spa, classés depuis 1992 et reconnu comme patrimoine exceptionnel wallon en 2016. Le subside alloué permettra de restaurer complètement l’enveloppe de l’édifice, fermé depuis 2003 en raison de frais de fonctionnement trop élevés. La Basilique Notre-Dame de Bon-Secours, à Péruwelz, sera restaurée au niveau des toitures mais aussi de ses deux tours et de l’intérieur de l’édifice.

Bâtie au XIXe siècle, la basilique Notre-Dame de Bon-Secours, de style extérieur néogothique, abrite un décor intérieur d’une grande richesse : statuaire, mobilier, vitraux, mosaïques, carreaux de sol et un remarquable orgue en trois buffets.

Autre monument néogothique inscrit sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie, l’église Saint-Martin d’Arlon dont la tour clocher orientale, la plus haute de Belgique, culmine à 97 m bénéficiera, pour la restauration de sa tour de croisée et le remplacement du système de paratonnerre, d’une subvention d’un peu plus de 1.295.000 €. En tout, ce sont 8 millions d’euros sur dix ans qui ont été attribués à l’église Saint-Martin d’Arlon, dont le chantier de restauration a débuté en 2015.

Selon René Collin (cdH), le ministre wallon du Patrimoine, le patrimoine wallon crée douze emplois directs dans le secteur de la construction par million d’euros investis.

Patrimoine au sens large

Beaucoup ne concoivent le patrimoine qu'à travers ses aspects religieux, culturels et historiques très anciens. Or, des éléments emblématiques de la Seconde Guerre mondiale ont également rejoint la liste des monuments et sites classés. Il s’agit de la
célèbre « cave Mc Auliffe » située au sein de la caserne Heintz de Bastogne, où fut prononcé le fameux « Nuts ! » en réponse à l’injonction de reddition envoyée par les troupes allemandes. Le Bois Jacques où on peut encore rencontrer de nombreux « fox holes », abris témoignant de la résistance acharnée des Alliés, fait également partie des heureux élus.

Un patrimoine divers et varié

Le patrimoine peut être réparti en trois grandes catégories.

Tout d'abord, et c'est ce dont il est question dans cet article, le patrimoine exceptionnel de Wallonie. Près de 220 biens sont repris sur une liste mise à jour tous les trois ans des plus remarquables monuments et sites classés de Wallonie, châteaux, théâtres et autres édifices publics, sites archéologiques, ils sont tous des éléments majeurs du patrimoine wallon.

Ensuite, il y a le patrimoine mondial de l’Unesco. Cinq sites ou ensembles de sites sont repris dans cette liste de prestige : la cathédrale Notre-Dame de Tournai, les ascenseurs du Canal du Centre, sept beffrois (de Thuin, Charleroi, Namur, Gembloux, Mons, Binche et Tournai), les mines néolithiques de silex de Spiennes et, derniers inscrits, quatre sites miniers majeurs de Wallonie le Grand-Hornu, Bois-du-Luc, le Bois du Cazier et Blégny-Mine.

Enfin, on peut désormais parler d'un patrimoine au quotidien. Non classés mais présentant des caractéristiques patrimoniales intéressantes, plus de 50.000 biens sont recensés dans "L'Inventaire du Patrimoine". Publié en version numérique, exclusivement, il constitue un recueil des biens immobiliers d’intérêt patrimonial, ainsi qu’une aide à la gestion du bâti notamment.

A noter que le petit patrimoine populaire wallon, fait de signes, de marques, de repères, n’a pas été pas oublié: les chapelles, les potales, les fontaines et les piloris mais aussi les girouettes, les portails, les gloriettes... si elles sont visibles de la route, peuvent être conservées et restaurées avec le soutien financier du Patrimoine.

S.D.

Illustrations : CC0 (Pixabay) - CC-BY-Jean-Pol GRANDMONT

Catégorie : Belgique

Dans la même catégorie