Sauver le monde par la fraternité


Partager
Sauver le monde par la fraternité
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

pape Francois 5Ce mercredi 1er janvier 2014 avait lieu la 47e Journée mondiale de la Paix sur le thème: "Fraternité, fondement et chemin de la paix". 

Le pape a rappelé que la fraternité peut vaincre l’expansion de la mondialisation de l’indifférence.

Le texte du pape François est une invitation à dépasser les barrières. Le Saint-Père a rappelé que les frontières ne parviennent pas à empêcher les autres d’entrer dans nos propriétés ou nos nations; elles ne servent qu’à nous enfermer. "On peut gaspiller sa vie à ériger des murs et à tracer des frontières ou bien, au contraire, choisir de vivre en les franchissant. On peut alors découvrir que la vie est magnifique de l’autre côté du mur", a-t-il dit. Pour le souverain pontife, ces barrières ne sont pas seulement économiques ou sociales. Les limites, dont parle le pape, ce sont les inégalités, les vexations, le profit, la corruption, les malversations, la mauvaise foi, l’égoïsme, le repli sur soi et sur ses propres certitudes, le désir de les imposer aux autres. 

 "Dans notre culture du bien-être, les autres sont perçus comme des étrangers ou des antagonistes, plutôt que comme des voisins; les pauvres sont souvent considérés comme un fardeau, ou sont, dans le meilleur des cas, l’objet de compassion."

Le pape François a invité à dépasser nos propres limites, à refuser la culture du rebut et à promouvoir la culture de la rencontre pour réaliser un monde plus juste et pacifique.

Haro sur les nouvelles idéologies

Il a également souligné dans son message que, malgré les cris d’alarme lancés dès les années ‘70 sur les risques économiques et écologiques liés à l’économie de marché et au rythme effréné de consommation adopté par les sociétés opulentes, on a dépassé bien des limites avec les conséquences que l’on peut déjà constater. Le pape a regretté l'augmentation inquiétante de la pauvreté relative, qui amène à de graves inégalités entre des personnes et des groupes qui cohabitent dans la même région ou dans un contexte historico-culturel déterminé. 

Il a fustigé les nouvelles idéologies, caractérisées par un individualisme diffus, un égocentrisme et un consumérisme latents, qui affaiblissent les liens sociaux. Et de lancer un appel fort contre ceux qui utilisent les armes pour semer violence et mort, invoquant la non-prolifération et le désarmement de tous, en commençant par le désarmement nucléaire et chimique. "La nature est un don du Créateur qu’il faut respecter", a dit François.

Pour lui, c’est par la fraternité que passe la lutte contre la crise actuelle. 

Cette fraternité doit marquer de son empreinte tous les aspects de la vie, y compris l’économie, les finances, la société civile, la politique, la recherche, le développement, ainsi que les institutions publiques et culturelles. Les chefs d’Etat sont notamment appelés à mettre en œuvre des politiques efficaces basées sur le principe de la fraternité afin de s’assurer que tous puissent accéder aux capitaux, aux services, à l’éducation, à la santé et aux technologies. "Nous devons repenser nos modèles de développement économique et changer nos modes de vie. Cela demande du courage", reconnaît le successeur de l’apôtre Pierre. Le Saint-Père a aussi insisté sur le devoir de solidarité, qui exige que les nations riches aident celles qui le sont moins; sur le devoir de justice sociale et le devoir de charité universelle, qui implique de promouvoir un monde plus humain pour tous.

Avec Vatican Information Service


Dans la même catégorie