En Hongrie, le pape François appelle l’Europe à retrouver son âme


Partager
En Hongrie, le pape François appelle l’Europe à retrouver son âme
ffff
Par Christophe Herinckx
Journaliste de CathoBel
Publié le
5 min

Arrivé ce vendredi 28 avril en Hongrie, pour une visite de trois jours, le pape François a prononcé son premier discours devant les autorités du pays. Il y a exhorté l'Europe à rechercher plus activement la paix en Ukraine, tout en dénonçant à la fois le "populisme autoréférentiel" et le "supranationalisme abstrait".

En Hongrie, le pape a rencontre la présidente Katalin Novák et les autorités politiques du pays © Vatican Media

"Où sont les efforts créatifs pour la paix" en Ukraine ?, s’est interrogé le pape François dans son premier discours prononcé ce vendredi à Budapest, au premier jour de son voyage apostolique en Hongrie. Devant les autorités le pape a ainsi semblé encourager la voie isolée de la Hongrie, pays européen qui plaide pour une résolution diplomatique de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Saluant également le pays pour ses politiques familiales dans une Europe où certains promeuvent la "culture du genre" ou l’avortement, le Souverain pontife a également dénoncé les "populismes autoréférentiels" et a souligné la nécessité d’accueillir les migrants.

A lire également : Le pape François évoque son prochain voyage en Hongrie

Le pape dénonce les "solistes de la guerre"

Le pape François s’est exprimé debout, debout durant vingt minutes, devant les autorités du pays et le corps diplomatique réunis dans l’ancien carmel qui abrite le siège du gouvernement, au cœur de la capitale hongroise. Plus d’un an après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes et alors que les perspectives de paix sont inexistantes – Kiev se prépare à mener une contre-offensive au printemps -, le pape François a choisi d’alerter les consciences européennes depuis Budapest les consciences européennes.

Cette "ville de ponts", qui a connu les "dictatures nazie et communiste", porte, selon le pape, "la mission de garder le trésor de la démocratie et le rêve de la paix". Cette capitale au cœur du continent "rappelle le chemin unitaire entrepris par l’Europe, dans laquelle la Hongrie trouve son berceau vital", a-t-il souligné, avant de déplorer le "triste déclin du rêve choral de paix" et de la politique communautaire au profit "des solistes de la guerre".

Or, a mis en garde François, "la paix ne viendra jamais de la poursuite d’intérêts stratégiques particuliers". Et de souligner que, dans ce moment historique, il est essentiel de retrouver "l’âme européenne", cet "enthousiasme et le rêve des pères fondateurs, des hommes d’État qui ont su regarder au-delà de leur époque, au-delà des frontières nationales et des besoins immédiats, en mettant en œuvre des diplomaties capables de recoudre l’unité et non d’élargir les déchirures".

A lire également : Cardinal Parolin: le Pape en Hongrie sera un pèlerin de paix, d’accueil et de rencontre

Remporter la paix et non la guerre

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Hongrie défend l’arrêt des combats et la résolution du conflit par la conciliation. Le gouvernement de Viktor Orbán a refusé d’envoyer ou de financer des armes en Ukraine, une attitude critiquée par les autres États membres.

Avant de prendre la parole, le pape François avait écouté l’appel de la présidente Katalin Novák. "Ici, à Budapest, nous vous demandons de bien vouloir intercéder personnellement pour une paix juste le plus rapidement possible", avait-elle plaidé, assurant que "nous, mères, voulons en premier lieu remporter la paix et non la guerre ; nous ne voulons pas envoyer nos fils et nos maris au front". La présidente exhortait le pape de parler "à Kiev et à Moscou, à Washington, à Bruxelles, à Budapest et à tous ceux sans qui il ne peut y avoir de paix".

Le pape fustige le "droit insensé à l’avortement"

S’il a dénoncé les "populismes autoréférentiels", le pape François a aussi regretté le "supranationalisme abstrait [et] oublieux de la vie des peuples" qui se distille en Europe. "C’est la voie néfaste des ‘colonisations idéologiques’ qui éliminent les différences, comme dans le cas de ladite culture du genre", s’est-il attristé. Fustigeant au passage le "droit insensé à l’avortement", le pape a au contraire salué le fait que la Hongrie poursuivait soigneusement des politiques efficaces pour la natalité et la famille. Sur ce point également, ce pays d’Europe centrale est régulièrement pointé du doigt par des membres de l’Union européenne, comme en septembre dernier, alors qu’un décret hongrois avait durci la loi sur l’avortement.

L’Europe doit bâtir des voies sûres et légales pour les migrants

Le pape François a aussi voulu rappeler aux autorités du pays l’exigence de prendre soin des plus démunis et spécialement des migrants, un sujet de discorde entre le pontife et le chef du gouvernement hongrois, lors de la crise migratoire des Balkans au milieu des années 2010. Citant la constitution du pays - "nous déclarons que l’assistance aux nécessiteux et aux pauvres est une obligation" -, le pape François a aussi convoqué saint Etienne, le père de la nation hongroise, qui écrivait : "Un pays qui n’a qu’une seule langue et une seule coutume est faible et décadent. C’est pourquoi je te recommande d’accueillir bien volontiers les étrangers et de les considérer avec honneur, afin qu’ils préfèrent rester chez toi plutôt qu’ailleurs".

Reconnaissant que le thème des migrations suscitait beaucoup de débats et était complexe, il a plaidé pour que le sujet soit abordé "sans excuses ni retards". Il a pris le soin de souligner qu’il fallait y répondre communautairement. Ainsi, il est "urgent, en tant qu’Europe, de travailler à des voies sûres et légales » pour répondre au défi historique qui ne pourra être maîtrisé par le rejet.

C.H., avec Vatican News/cath.ch/imedia/ak/mp

Visionner la cérémonie de bienvenue du pape François en Hongrie

Catégorie : International

Dans la même catégorie