A Rochefort, soixante hommes ont marché en l’honneur de saint Joseph


Partager
A Rochefort, soixante hommes ont marché en l’honneur de saint Joseph
L’après-midi, les randonneurs étaient répartis en petits groupes de huit. © CathoBel
Par Clément Laloyaux
Journaliste de CathoBel
Publié le
5 min

Le samedi 19 mars, des centaines d’hommes de tous âges et de tous horizons ont participé aux diverses marches de saint Joseph déployées à travers la Belgique. L’objectif? Vivre un moment fort entre hommes dans une nature magnifique, tout en s’imprégnant des innombrables qualités de saint Joseph. Dimanche a marché à leurs côtés aux environs de Rochefort.

🗞️ L’article complet est à découvrir dans le journal Dimanche n°13 paru ce mercredi.

Chaque randonneur était invité à co-construire la marche en se chargeant d’une animation, d’un témoignage ou de la préparation de la messe. © CathoBel

Une marche pour les hommes, par les hommes

Il est environ huit heures lorsque les premières voitures se garent devant l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Saint-Rémy. En ce samedi 19 mars, jour de la fête de saint Joseph, une soixantaine de marcheurs est présente à Rochefort dans le cadre de la 12e marche des hommes. Une randonnée qui se fait, cette année, en communion avec six autres marches en Belgique, toutes situées à proximité d’abbayes, dont plusieurs trappistes.

Marche des hommes
Les randonneurs ont arpenté 17 kilomètres de petites routes et sentiers, principalement à travers bois.
© CathoBel

Une fois entrés dans l’abbaye de Rochefort, tous les marcheurs reçoivent une carte avec l’itinéraire du jour et un carnet de route de 24 pages reprenant de nombreux chants et prières, mais également des réflexions et ressources spirituelles autour de la figure de saint Joseph. Avant de prendre la route, tout ce petit monde est invité à se rassembler pour un temps de louanges. "Durant le périple de ce jour, nous allons constater combien Dieu est bon. Et nous pourrons le remercier pour tous ses bienfaits", promet un des marcheurs chargé de l’animation de la louange.

Car oui, ici, la particularité est que tout le monde met la main à la pâte. Certes, la Communauté de l’Emmanuel de Belgique fournit un très gros travail de préparation en amont, mais le jour J, chaque randonneur est invité à co-construire la marche en se chargeant d’une animation, d’un témoignage ou de la préparation de la messe.

Le patron de l’Eglise universelle

Une grosse demi-heure et quelques chants de louange plus tard, la soixantaine de randonneurs prend la route pour 17 kilomètres de chemins et de sentiers, principalement à travers bois. Pour Xavier Spronck, co-organisateur de la marche de Rochefort, la joie est grande de voir autant d’hommes issus de tous horizons (cadres d’entreprises, manutentionnaires, ingénieurs, retraités, etc.) réunis par une même foi profonde en saint Joseph. "Cette année, il y a plus de 300 inscrits partout en Belgique, et on a même des marches organisées au Grand-Duché de Luxembourg, en Espagne et au Cameroun", se réjouit ce- lui qui est à l’origine de la marche (voir interview).

Mais pourquoi mettre particulièrement saint Joseph à l’honneur? "Saint Joseph est le patron de l’Eglise universelle. Il est invoqué pour de nombreuses causes: familiales, telles que les problèmes de couple, la recherche d’un conjoint ou d’une conjointe; professionnelles, lui qui vivait du fruit de son travail manuel; matérielles et tout ce qui touche aux exilés. Saint Joseph peut vraiment nous accompagner à tous les étages."

Lors du pique-nique de midi, sur les hauteurs de Rochefort, plusieurs marcheurs disent faire ou avoir déjà fait des demandes concrètes au Seigneur par l’intercession de saint Joseph. Sans dévoiler complètement leur témoignage, sachez que cela va de carnets de commandes qui ne demandent qu’à être remplis, au chantier de rénovation de sa maison qui s’éternise, ainsi que les recherches de logement longues et infructueuses. Dans la totalité des cas rapportés par ces participants, la prière, voire même une lettre écrite au saint patron, a abouti subséquemment à une issue heureuse.

Marche des hommes
Halte panoramique sur la ville de Rochefort. © CathoBel

Plusieurs randonneurs disent faire couramment appel à saint Joseph pour des matières de plus grande ampleur encore, comme des injustices profondes ou des maux de notre époque. A Joseph le père de famille, ils confient les papas des familles recomposées au sein desquelles les relations sont parfois tendues. A Joseph le charpentier, ils demandent de venir en aide aux personnes frappées par les inondations en juillet dernier, notamment dans la région de Rochefort. A Joseph, patron de "la Bonne Mort", ils confient les personnes en fin de vie et les victimes de la guerre en Ukraine.

"Zachée, il me faut demeurer chez toi"

L’après-midi, les randonneurs, répartis en petits groupes de huit, se penchent sur le thème de l’édition 2022 de la marche des hommes: "Zachée, descends vite, car il me faut aujourd’hui demeurer chez toi" [Luc 19; 4]. Ce verset de l’évangile selon saint Luc constitue le point de départ de plusieurs pistes de réflexion: Comment pouvons-nous laisser Dieu agir en nous? A qui est-ce que je m’identifie: la foule de curieux qui regarde passer Jésus, ou Zachée qui grimpe dans le sycomore? Quelle quête m’anime aujourd’hui dans la vie de tous les jours?

L’exercice paie: les interprétations de chacun des participants sur cet épisode de Zachée divergent et partent dans des directions inattendues. Pour les uns, le fait que Jésus se rende chez Zachée, un collecteur d’impôts méprisé par tous, sous les yeux de la foule, démontre que le salut du Christ est pour tous les hommes. Il n’exclut personne. Pour d’autres, cet épisode à Jéricho reflète que, à l’image de la foule qui se presse, la religion veut parfois en faire de trop pour essayer de plaire au Christ, comme dresser des édifices monumentaux ou dépenser énormément d’argent, alors qu’en fait Jésus s’invite chez tout un chacun qui est prêt à lui accorder humblement une place dans son coeur.

Quasi tous les marcheurs de Rochefort se rejoignent néanmoins sur le fait que, à l’image de Zachée qui grimpe dans l’arbre, nous devons nous élever encore plus par la prière et y consacrer plus de temps.

...

Clément Laloyaux


Dans la même catégorie