UCL : Un trio remarquable honoré


Partager
UCL : Un trio remarquable honoré
Par Angélique Tasiaux
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
2 min

Docteurs honoris causa UCL 2015 (c) mcbf.beUn décor exceptionnel, avec des livres plus grands que nature, des lauréats souriants et émus, une assemblée conquise… A l'UCL, la cérémonie de remise des Docteurs honoris causa, cuvée 2015, est une réussite.

La sélection des trois Docteurs honoris causa avait été judicieusement réfléchie il y a quelque temps déjà. Pourtant, ce choix s'avère d'une brûlante actualité, puisque les lauréats appartiennent tous les trois au monde littéraire. André Brink est écrivain, Eve Ensler dramaturge tandis que Jean-Claude Guillebaud est journaliste. Ces trois tempéraments incarnent trois types de littérature, dont les enjeux tiennent tour à tour à la résistance, au bouleversement et à l'alerte.

Des interventions de grande qualité ont entouré les allocutions des lauréats, qui ont pris la parole pour exposer leur mode d'appréhension du monde. André Brink a lutté, des années durant, contre l'apartheid. Jadis censuré, il est aujourd'hui encensé. Eve Ensler, ce petit bout de femme, est l'initiatrice d'un mouvement qui fait des vagues de par le monde. En mettant des mots sur les mutilations, en exhibant les ravages des violences sexuelles, cette Américaine bouscule l'ordre établi et s'insurge contre le silence étouffant des victimes. Grand reporter durant un quart de siècle, Jean-Claude Guillebaud ne cesse de rédiger des billets au ton personnel, quitte à faire œuvre de polémiste.

Leurs écritures font face aux diktats d'un monde où l'économie prend souvent le pas sur l'humain, ce sont trois façons d'habiller de noir des pages blanches pour faire advenir un arc-en-ciel aux couleurs de l'humanité. En les honorant, l'Université Catholique de Louvain reconnaît la place cruciale de la culture, dont les prises de risque ne se limitent pas aux salles de spectacle. Comme l'a rappelé André Brink, Antigone fut la première à oser dire 'non'. Les Antigone ne courent pas les rues, c'est évident. Mais leur souvenir doit habiter nos décisions, et pas les seuls songes fictionnels.

Angélique TASIAUX

Découvrez un extrait de notre rencontre avec l'essayiste Jean-Claude Guillebaud sur le site Info.Catho!

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie