Ukraine : pourquoi les Eglises sont-elles divisées ?


Partager
Ukraine : pourquoi les Eglises sont-elles divisées ?
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

L’Ukraine tombe peu à peu dans la guerre civile. Les raisons sont politiques, mais aussi religieuses. Bref historique.

Shevchuk 2

L’Ukraine est située entre le monde slave et le monde occidental; son identité est marquée par un tiraillement entre l’est (proche de la Russie) et l’ouest (plus lié aux pays européens). Les protestataires de la place Maïdan qui tiennent tête à la police s'inscrivent clairement dans une dynamique pro-européenne. Pour eux, leur pays a trop longtemps subi l'influence du puissant voisin russe. Que ce soit politiquement ou religieusement.

L’Ukraine fut évangélisée par les disciples de St Cyrille et de St Méthode, les évangélisateurs des Slaves; à l’époque, Kiev est le centre culturel et religieux de toute l’Europe orientale.

Un contentieux historique

Le contentieux entre catholiques et orthodoxes remonte à loin: outre les divergences théologiques, les orthodoxes s’étaient sentis trahis par les catholiques lorsque les croisés pillèrent Byzance en 1204 pour y instaurer un bref Empire catholique d’Orient.

Lors de l’Union de Lublin en 1569, trois territoires fusionnèrent: la Lituanie, la Pologne et la Ruthénie (ouest de l’Ukraine). Ce nouvel Etat, dirigé par un roi élu, était le plus grand d’Europe. A partir de l’Union de Lublin, la noblesse ruthène adopta progressivement la langue polonaise, mais aussi le catholicisme. Ses liens avec Moscou se distancièrent progressivement. Des évêques orthodoxes prirent aussi contact avec le roi Sigismond III afin de rejoindre l’Eglise catholique.

En 1596, l’Union de Brest-Litovsk plaça les Eglise orthodoxes de la région sous l’autorité du pape en créant l’Eglise "uniate". La particularité de cette Eglise est qu’elle conservait la liturgie orthodoxe, mais adoptait la foi catholique. La rupture était consommée. En particulier, la nouvelle Eglise uniate adoptait les dogmes catholiques sur le purgatoire ou l’Esprit Saint (le fameux filioque). Quant aux célébrations, elles restaient identiques à celles de Byzance ou Moscou, utilisant la Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome.

Aller-retour

Mais après la division de la Pologne (1772), ce vaste territoire est partagé entre les grandes puissances: la Prusse, l’Autriche et la Russie. L’actuelle Ukraine se retrouve coupée en deux: l’ouest est rattaché à l’empire des Habsbourg tandis que l’est passe sous la coupe du tsar. Les Ukrainiens de l’est redeviennent donc orthodoxes tandis que ceux de l’ouest conservent leur Eglise liée à Rome.

Avec les méthodes qu’on lui connaît, le régime communiste a brutalement rattaché les uniates à l’Eglise orthodoxe russe, les prêtres dépendaient donc du Patriarche de Moscou. De nombreuses églises et couvents ont donc été récupérés par les orthodoxes, avec l’aide du KGB. Au cours de ces années de plomb, certains prêtres uniates continuèrent néanmoins à exercer en secret, d’autres furent exilés dans les goulags de Sibérie.

A la chute de l’URSS, le pape Jean-Paul II pesa de tout son poids pour recréer une Eglise uniate, aujourd’hui appelée l’Eglise grecque-catholique ukrainienne. Une "résurrection" qui ne fut pas du goût de l’Eglise orthodoxe russe, qui voyait cela comme un empiètement papiste sur son "pré carré".

M. B.

(Illustration: l'archevêque grec-catholique ukrainien S. Shevchuk)


Dans la même catégorie