Le Conseil des cardinaux poursuit ses travaux


Partager
Le Conseil des cardinaux poursuit ses travaux
Par Pierre Granier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Cardinal MaradiagaCe mardi 18 février, le pape et les membres du Conseil des cardinaux ont auditionné la commission chargée d'étudier la position juridique et les activités de la "banque du Vatican", mais également travaillé sur la réforme de la Curie. D'après le cardinal Maradiaga (photo), on s'acheminerait vers la mise en place d'une congrégation pour les laïcs.

Lundi 17 février, au premier jour de leur troisième session de travail, le pape François et les membres du Conseil des cardinaux ont auditionné la commission d'étude sur l'organisation de la structure économico-administrative du Saint-Siège. Mise en place durant l'été 2013, celle-ci a reçu pour mission d'élaborer des solutions stratégiques afin d'éviter des dépenses excessives de ressources économiques et de favoriser la transparence dans les processus d’acquisition de biens et de services. Des solutions devaient aussi être trouvées pour perfectionner la gestion du patrimoine mobilier et immobilier et pour travailler avec une plus grande prudence dans le domaine financier.

Ce mardi 18 février, le Conseil des cardinaux, auquel s'est joint le secrétaire d'Etat Pietro Parolin a auditionné une autre commission, celle mandatée par le pape en juin 2013 pour étudier la position juridique et les activités de l'Institut pour les œuvres de religion (IOR), appelée aussi la "banque du Vatican". Mercredi 19 février, ils rencontreront également les quinze membres du Conseil cardinalice pour l'étude des problèmes organisationnels et économiques du Saint-Siège.

Regrouper les différents organes économiques du Saint-Siège

A ce sujet, le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga, coordinateur du Conseil des cardinaux, défend la création d'un secrétariat des finances regroupant les différents organes économiques du Saint-Siège et confié à un seul cardinal. "C'est une idée très raisonnable et, je crois, nécessaire pour être mieux organisé et, au final, mieux servir", a-t-il confié au quotidien français "La Croix".

Si le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a assuré que les thèmes économiques et financiers étaient "primordiaux" lors de cette troisième session de travail, il n'a pas exclu que le Conseil des cardinaux travaille également sur la réforme de la Curie. Lors des deux dernières sessions de travail, il a commencé à passer en revue chacune des neuf congrégations de la Curie, ainsi que les différents conseils pontificaux, mais il est loin d'avoir terminé son tour d'horizon.

Vers une congrégation pour les laïcs?

On ne sait pas grand-chose de ce qui s'est dit au cours de ces réunions, mais il semble, d'après le cardinal Maradiaga, que l'on s'achemine vers la création d'une congrégation pour les laïcs. "Nous avons une Congrégation pour les évêques, pour la vie religieuse, pour le clergé et seulement un Conseil pontifical pour les laïcs, qui forment pourtant la majorité de l’Eglise. Nous ne pouvons pas continuer ainsi", explique-t-il. "Un conseil pontifical reste actuellement limité car il ne dispose pas de pouvoir légal. C’est pourquoi il nous faut une véritable Congrégation."

Le cardinal hondurien n'irait toutefois pas jusqu'à confier la direction de celle-ci à un laïc. "En revanche", poursuit-il, "au sein de cette Congrégation pour les laïcs, je ne vois aucun obstacle à ce qu’un conseil pontifical des familles y soit, lui, dirigé par un couple marié. Ce serait un signe magnifique."

"Nous ne pouvons pas improviser"

En tout cas, la réforme de la curie s'annonce comme un processus long. "Les bonnes choses exigent du temps", explique le cardinal Maradiaga. "Nous engageons l'avenir. Nous ne pouvons donc pas improviser. Ceux qui improvisent sont plus sujets aux erreurs. Et il faut du temps pour assimiler une autre mentalité."

En principe, les membres du Conseil des cardinaux devrait se retrouver fin avril, après les canonisations de Jean XXIII et de Jean-Paul II. "Nous aurons alors toute la matière pour établir une nouvelle constitution apostolique, qui aura un autre nom que "Pastor Bonus", celle qui régit actuellement la curie", assure le cardinal hondurien. "Ce texte permettra de la réformer. Au-delà, tout dépend du thème sur lequel le Saint-Père voudra nous consulter. C'est à lui de considérer s'il aura encore besoin de nous réunir. Le nombre de cardinaux du Conseil peut aussi être élargi."

P. A. (avec La Croix)


Dans la même catégorie