EXCLUSIF – Tragique accident d’avion: les évêques de Belgique disent leur tristesse


Partager
EXCLUSIF – Tragique accident d’avion: les évêques de Belgique disent leur tristesse
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

AccidentUn avion de tourisme s'est écrasé samedi, dans le courant de l'après-midi, à Marchovelette, près de Fernelmont, dans la province de Namur. Dans un communiqué, les évêques belges disent leur tristesse et assurent les familles endeuillées de leur soutien et de leur prière.

C’est un drame qui secoue la Belgique. En cette fin d’après-midi, un avion transportant des passionnés de parachutisme, s’est écrasé dans un champ de la région namuroise. Le bilan est tragique: onze personnes ont perdu la vie. Mais ce sont surtout aussi des familles brisées, des proches anéantis, pour lesquels nous devons avoir une pensée et une prière. Que s’est-il réellement passé? L’enquête devra le démontrer. Selon certains témoins oculaires, l'avion aurait perdu un morceau d'aileron ou d'aile en plein vol.

Dans un communiqué transmis à notre rédaction, les évêques de Belgique ont tenu à réagir immédiatement. Voici le texte du communiqué de la Conférence épiscopale:

«Les évêques de Belgique viennent d’apprendre avec émotion le drame qui touche toutes les familles affectées par le décès des victimes de l’accident d’avion survenu à Temploux-Gelbressée-Fernelmont. Ils tiennent à exprimer aux familles, aux amis et particulièrement aux enfants de victimes leur profonde tristesse, souhaitant témoigner leur affection et leur prière. Dans les prochains jours, on prendra sans doute la vraie mesure de ce drame qui va toucher tant de personnes et ce sera une nouvelle occasion pour manifester solidarité et amitié. Les évêques souhaitent aussi prier humblement pour que le Christ ressuscité puisse éclairer de telles ténèbres à quelques jours de la Toussaint.»

Précisons encore que le Premier ministre, Elio di Rupo, et la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet se sont rendus sur place et ont rencontré les policiers et secouristes, ainsi que Maxime Prévost, bourgmestre de Namur et Jean-Claude Nihoul, bourgmestre de Fernelmont, entité où l’avion s’est écrasé. En fin de journée, le souverain, s’est également rendu sur les lieux du drame, avant de rejoindre l’aéro-club de Temploux auquel appartenaient les parachutistes. Le Roi Philippe, visiblement ému, a tenté de comprendre, en pilote chevronné qu’il est, ce qui aurait pu se passer. Il a surtout réconforté les familles endeuillées.

Lors d'un bref point de presse, le bourgmestre de Namur a précisé que la sortie des parachutistes se déroulait dans le cadre d'un baptême de parachutisme à l'occasion de l'anniversaire d'une jeune femme.

«Nous sommes consternés. Toutes nos pensées vont aux familles des victimes. Nous n'avions plus connu une catastrophe aérienne de cette ampleur depuis longtemps", a commenté Elio Di Rupo. "Les familles sont des parents avec des enfants assez jeunes. Les victimes sont des adultes entre 21 et 40 ans, des papas avec des enfants, c'est dramatique", a déclaré de son côté la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet.

J.J.D.

(c) Photo: La Nouvelle Gazette

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie