Indonésie: Importance des lieux de culte en cas d’alerte au tsunami


Partager
Indonésie: Importance des lieux de culte en cas d’alerte au tsunami
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Après le séisme qui a déclenché une alerte au tsunami dans 28 pays de l’océan Indien, l’heure est au bilan. En Indonésie, l’alerte a été un test révélateur de l’importance que jouent les ONG et les organismes religieux, relais de l’information et de la coordination.

Mercredi 11 avril 2012, à 15h38 heure locale, un séisme de magnitude de 8,7 s’est produit au large de l’île indonésienne de Sumatra. Une alerte au tsunami a été immédiatement lancée dans 28 pays de l’océan indien. Elle a ravivé le spectre de la catastrophe de 2004, faisant plus de 240’000 morts en Indonésie, dont près de 170’000 dans la seule province de Banda Aceh, rapporte le 13 avril "Eglises d’Asie" (EDA), l’agence d’information des Missions étrangères de Paris. De nombreuses scènes de panique ont été enregistrées lors des premières heures de l’alerte.

Dans les régions côtières, les mosquées et les églises ont joué un rôle central dans la diffusion des messages d’alerte et la transmission des informations. "Les gens ont réagi rapidement et se sont dirigés vers les lieux en hauteur, alertés par les mosquées et les églises", a déclaré Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole du ministère de la Gestion des catastrophes.

Améliorations apportées depuis 2004

Pour l’ONG protestante "World Vision", l’alerte du mercredi 11 avril dernier a représenté un exercice grandeur nature de l’efficacité des systèmes d’information et d’évacuation. "Nos équipes ont été immédiatement averties et ont pris leurs dispositions pour mettre en sécurité les populations, en particulier les enfants et les personnes les plus vulnérables", a indiqué Geoff Shepherd, responsable des actions d’urgence de "World Vision" pour le secteur Asie-Pacifique, le 12 avril.

Suite à 2004, des refuges pouvant abriter plusieurs centaines de personnes ont été construits sur les hauteurs. Des panneaux indiquant les voies d’évacuation ont été installées dans les zones à risque. Les lieux de culte situés sur les côtes ont été équipés de sirènes. Ces améliorations ont été soulignées par Surin Pitsuwan, secrétaire général de l’ASEAN et coordinateur de l’ASEAN Humanitarian Assistance (AHA). "Le système d’alerte au tsunami (TEWS) avait parfaitement bien fonctionné, a-t-il déclaré dans le "Jakarta Post" du 12 avril. Les autorités indonésiennes ont réussi à anticiper les événements grâce à une communication et à une logistique tout à fait performantes". Toutefois, des efforts restent à faire, notamment en matière de coordination, a-t-il ajouté.

Dans le "Jakarta Post" du 13 avril, un éditorialiste souligne le rôle joué par des oulémas dans les scènes de panique, lors de l’alerte du 11 avril. L’auteur, chercheur à la "Paramadina Foundation", une institution universitaire islamique réputée, est consterné de constater la conviction, fortement ancrée dans les esprits, que le séisme était un avertissement destiné aux "habitants d’Aceh et de Padang qui ont péché à la face de Dieu". S’inquiétant de l’universalité de ce discours entendu dans toutes les mosquées, il relève "l’influence grandissante de ces leaders religieux". (apic/eda)

Catégorie : International

Dans la même catégorie