Une journée de joie et d’émotion au Carmel de Boussu


Partager
Une journée de joie et d’émotion au Carmel de Boussu
Par Service Communication Evêché de Tournai
Publié le - Modifié le
4 min

Ce samedi 3 octobre 2020, les sœurs Catherine de Jésus et Marie de la Miséricorde Divine ont prononcé leur profession solennelle. Aux côtés de la communauté et d'une assemblée réduite en raison de la crise sanitaire, amis et familles des deux jeunes carmélites vietnamiennes ont pu prendre part à cette émouvante célébration grâce à une retransmission en direct sur YouTube.

DSC 0687A 10h30, rue Adolphe Mahieu à Boussu, c'est un étrange mélange de calme et d'effervescence ce samedi. Calme d'un lieu voué à la prière, à la contemplation, au recueillement, où tout est un peu feutré. Mais c'est aussi l'heure des tout derniers préparatifs d'un moment important pour cette communauté de Carmélites vietnamiennes : Sr Catherine de Jésus et Sr Marie de la Miséricorde Divine sont sur le point de prononcer leur profession solennelle devant notre évêque, Mgr Guy Harpigny.

La petite chapelle du Carmel a été magnifiquement fleurie. Dehors, le cloître a été aménagé pour accueillir les invités en toute sécurité après la cérémonie. Le jardin, coloré et soigné, semble ne pas avoir encore subi les assauts de la pluie et du vent d'automne.

Les paroissiens habitués du Carmel ne pourront pas être là physiquement car les lieux sont trop exigus pour recevoir beaucoup de monde. L'abbé Axel Delcoigne, responsable de l'UP de Boussu-Hensies, contrôle les entrées. Seuls quelques prêtres et familiers pourront prendre place dans la chapelle. Mais heureusement, la technologie permettra aux familles des deux professes ainsi qu'aux paroissiens de partager ce moment unique dans la vie de la communauté. Plusieurs caméras ont été installées, tant du côté de l'assemblée que de celui réservé aux carmélites. Entre les deux espaces, une énorme baie est ouverte pour laisser libre cours aux regards, aux chants et aux émotions.

Profession et consécration

Avant son homélie, Mgr Harpigny s'adresse à Sr Marie et Sr Catherine : « Que demandez-vous à Dieu et son Eglise ? » Chacune à leur tour, d'une voix chantante rappelant leur langue maternelle, les professes sollicitent « la pauvreté de l'Ordre, la vie commune avec les sœurs dans ce monastère des moniales déchaussées ».

DSC 0689 DSC 0713

« Ce qui se passe aujourd'hui, c'est le dessein de Dieu qui se réalise en entier », souligne Mgr Harpigny. « Le Christ nous appelle à devenir disciples, par exemple comme ici dans un ordre, le Carmel. Cela nous est proposé, il nous reste à le vivre. Il existe beaucoup d'étapes sur ce chemin, parmi elles il y a la vie communautaire. Car on n'est jamais un chrétien tout seul. (...) Dans l'Eglise, il existe quantité de vocations et si l'appel vient du Seigneur, elles sont toutes importantes. »

D'un point de vue purement humain, nombreux pourraient penser que les membres d'une communauté se sacrifient et renoncent à beaucoup de choses en choisissant un tel mode de vie. « Mais du point de vue de la foi, ces sœurs se donnent entièrement. Il est possible de trouver le bonheur dans la contemplation de Dieu. Nous vous souhaitons de pouvoir rayonner de cette contemplation, dans le diocèse mais aussi dans le monde entier », conclut notre évêque.

Vers un amour parfait

Après avoir répondu en chœur aux nouvelles questions de Mgr Harpigny et avoir ainsi affirmé leur volonté de choisir une vie de chasteté, d'obéissance et de pauvreté, de tendre vers l'amour parfait de Dieu et du prochain, de consacrer leur vie au service du peuple de Dieu dans le silence et la solitude, dans la prière ou le travail, Sr Marie et Sr Catherine se prosternent longuement, pendant la prière litanique de l'assemblée.

Sous l'œil bienveillant de leur Prieure, Sr Lucie, chacune d'elles lit la formule de profession. Un peu plus tard, le voile de la communauté et une couronne de petites fleurs blanches seront posées sur la tête des deux professes, chaleureusement applaudies. Et c'est sur un chant en vietnamien d'une incroyable douceur que les huit sœurs du Carmel de Boussu, les voix harmonieusement mêlées, exprimeront une fois encore leur joie et leur reconnaissance pour ce moment rare dans la vie d'une communauté.DSC 0727« Je suis très heureux qu'il existe un Carmel dans notre diocèse », souligne Mgr Harpigny. « Il y a une grande continuité avec l'ordre du Carmel, pour tous les chrétiens et non chrétiens. Beaucoup de gens ne se sentent pas toujours impliqués dans la foi, mais ils comptent sur vous pour implorer le Seigneur »...

Agnès MICHEL

(Vidéo réalisée et diffusée par Sonostradamus)


Dans la même catégorie