Le Petit commissaire, un jeu de société “made in Tournai”


Partager
Le Petit commissaire, un jeu de société “made in Tournai”
Par Anne-Françoise de Beaudrap
Publié le - Modifié le
2 min

Lancé au départ de Tournai, le jeu du Petit commissaire s'est fait connaître jusque sur le circuit du Tour de France. Une idée originale pour partager de bons moments en famille.

Après 143 km de courses, les participants ne sont même pas fatigués. Certes, ils ont bénéficié de ravitaillement en cours de route, peut-être même d'une prime ou l'autre… Cela s'explique par le fait que cette course ne se fait pas à la force des mollets même si les règles du cyclisme s'appliquent. C'est un jeu sur plateau qui a été développé par un passionné du vélo. Commissaire de courses cyclistes, Michel Bosquillon connaît bien ce milieu. Son expérience se retrouve dans les différentes épreuves imposées aux participants. Par exemple, s'il tombe sur une route pavée, le joueur est ralenti dans son avancée puisqu'il ne progresse plus que d'une case à la fois sans jeter les dés.

Michel Bosquillon a contracté le virus cycliste depuis l'enfance. Son grand-père était lui-même coureur, sans équipe et sans sponsor ce qui était déjà courageux. Son père s'entraînait aussi. Mais le jeune Michel privilégiait une forme plus passive, à l'époque, qui consiste à imaginer des courses en faisant progresser quelques capsules sur une surface comme les concurrents sur une piste. Ce qui se faisait de manière improvisée et bricolée en attendant que la figure maternelle n'appelle à table est revenu à l'esprit de Michel devenu adulte. Il cherchait alors un jeu qu'il pourrait partager avec ses enfants et petits-enfants. L'employé de la Poste a eu l'idée de créer les aventures de plusieurs cyclistes qui progressent sur un support en carton (le plateau). C'est ainsi que le Petit commissaire est né.

Ce jeu qui n'était donc qu'une initiative familiale, Michel Bosquillon a choisi de le multiplier et de le vendre. Sur chaque vendue une quarantaine d'euros, quinze sont reversés à une cause qui lui tient à cœur: la recherche sur la maladie de Parkinson. Sa maman ayant en effet souffert de cette "vilaine" maladie, le commissaire de courses veut à son tour aider d'autres familles à surmonter ce handicap en facilitant la découverte d'un traitement efficace. "Le Petit commissaire" se décline aujourd'hui en cinq versions différentes (à domicile, Tours et détours, etc.), y compris un jeu qui s'assimile aux Mille bornes (Le Petit commissaire fait ses 200 kms).

Puisque Michel Bosquillon accompagne toujours les courses cyclistes de sa région, cela donne l'opportunité aux familles des coureurs de passer le temps en faisant une partie de ses jeux. Par ce jeu sur support cartonné, certaines règles de sécurité et de conduite sur route sont aussi évoquées. La pédagogie passe alors de manière ludique entre les générations d'une même famille.

Anne-Françoise de Beaudrap

 

Infos: michelbosquillon@skynet.be ou 0492 95 70 25

 


Dans la même catégorie