Bioéthique et sémantique : le choix des mots