Le R’Atelier : Prophéties de bonheur, prophéties de malheurs : quelle parole sur l’A-venir ?


Détails de l'événement

Cet événement s'est terminé le 22 novembre 2018


Vous avez dit prophéties de malheur ? On pourrait faire allusion à cette lettre du 13 novembre 2017, parue dans le journal Le Monde et signée par 15.364 scientifiques de 184 pays : un cri d’alarme qui dit que la planète va mal et que l’humanité court à sa perte. Une autre ? Il y a cette embardée à la fin de la Cop 21, à Paris, en 2015… On signe un bel accord. On sait pourtant que ce sera difficile de le réaliser, mais on y va… A-t-on d’ailleurs vraiment le choix ?  Et puis Trump arrive au pouvoir et se retire des engagements pris… La suite, on la connaît : protectionnisme des USA qui dressent des murs, qui refoulent des migrants, qui relancent les entreprises fonctionnant au charbon… Sans parler des bras de fer avec la Russie, la Corée, l’Iran… Qui fera encore des prévisions au-delà de 2050 ?

La théologie classique place l’homme au cœur de la création et le fait partenaire de Dieu ! Le monde d’aujourd’hui réclame peut-être une vision plus cosmomorphique (où toutes les espèces et la planète elle-même se voient reconnaître une place légitime). Et si nous nous étions fourvoyés en croyant que l’humain est principe de tout ? A moins qu’un dernier sursaut…

  • Jeudi 8 novembre: « L’évolution particulière de l’humain le conduit à sa perte! » par Philippe van den Bosch, professeur émérite en biologie à l’UCL

Le fondement de l’évolution particulière de l’espèce humaine est sa naissance prématurée, d’où un cerveau plus immature et une sensibilité plus grande aux stimulations, des circuits neuronaux plus nombreux et plus complexes. Cet acquis cérébral particulier a permis à l’humain de survivre et de se développer, non en s’adaptant à un milieu spécifique mais en adaptant l’environnement à ses besoins particuliers par une prise de possession, ce qui a conduit à la société actuelle où tout est sous domination humaine sans souci de son impact ni sur la nature, ni sur les individus.

  • Jeudi 15 novembre: « Changements climatiques: dix raisons de d’inquiéter… et d’espérer! » par Jean-Pascal Van Ypersele, professeur de climatologie et de sciences de l’environnement à l’UCL, ancien vice-président du GIEC, membre de l’Académie Royale de Belgique

Même si certains sèment le doute, il est archi-clair que les activités humaines sont devenues le principal facteur de réchauffement de notre planète depuis 1950 et qu’il est urgent de s’en inquiéter. Mais il est possible d’éviter l’effondrement annoncé, de relever le défi, en développant des activités qui ont du sens, qui sont éthiques et durables. Et il y a de nombreuses opportunités économiques au passage.  Yes we can!  Mais il y a du travail.

  • Jeudi 22 novembre: « Après tout, qu’est l’homme dans l’univers? Un regard biblique » par Didier Luciani, bibliste

L’homme est-il « à l’image de Dieu » (Gn 1) ou bien seulement un animal, un « être vivant » (nèfèsh hayyâh) parmi les autres? Entre ces deux pôles qui semblent s’opposer, la Bible nous dit sans doute moins ce qu’est l’homme en lui-même qu’elle ne raconte – de façons multiples et diverses – ce à quoi il est appelé. Illustration par quelques textes de l’Ancien  Testament.

PAF: 4€ la soirée

Lieu: Fond de Malonne 121 à Malonne

Infos: José Gérard, 081/45.02.99 (en journée); Bernadette Wiame, 081/44.41.61 (en soirée)