Expo : « L’oeuf ou la tuile ? »


Détails de l'événement

Cet événement se déroule du 16 janvier 2019 jusqu'au 11 mars 2019. Sa prochaine occurrence est le 18 février 2019


Expo: sur les traces du Père Dominique Pire, artisan des Iles de Paix…

Le 10 décembre 1958, un Dinantais recevait le prix Nobel de la Paix pour son action en faveur des réfugiés d’Europe de l’Est. Cet homme, c’est le père Dominique Pire. Une exposition lui est consacrée, jusqu’au 30 mars prochain, aux Archives de l’Etat à Namur.

Son titre – étrange -:  »L’œuf ou la tuile »…

 

C’est à une plongée dans la vie du père Dominique Pire que les visiteurs sont conviés. Un homme discret, une personnalité qui reste méconnue malgré ce prix Nobel de la paix reçu, à Oslo, le 10 décembre 1959. L’exposition qui se tient actuellement, à Namur, aux Archives de l’Etat est une invitation à le découvrir dans son formidable travail au quotidien à travers ses souvenirs, les lettres envoyées et reçues, ses archives personnelles.

Le père Pire originaire de Leffe (Dinant) a créé des œuvres très nombreuses. Parmi les plus connues l’Université de Paix ou encore les Iles de Paix pour lesquelles chaque année des modules en plastique sont proposés à la vente (lire ci-dessous). Le Dominicain était convaincu que la paix ne peut exister là où la pauvreté règne.

Une exposition constituée de ses archives, du moins d’une petite partie. Les documents les plus significatifs, extraits du fonds conservé aux Archives de l’État à Namur, sont présentés et commentés. Le public y découvrira divers écrits mais aussi de très nombreuses photographies, des enregistrements sonores, des extraits de films d’époque ainsi que des objets – parfois insolites – provenant du bureau du Père Pire. Au décès du Père Pire, ses archives ont longtemps été conservées par les associations fondées avant d’être confiées, en 2016 aux Archives de l’Etat à Namur.

 

Des archives d’une grande richesse qui couvrent la période allant de 1930 à 1969. Elles aident à appréhender le travail de ce religieux, sa pensée encore. Il y relate, par exemple, ses rencontres avec des anonymes ou les grands de ce monde. Ils ont pour nom: la reine Elisabeth de Belgique, le Dr Schweitzer… Le plus compliqué pour les historiens a été de ne retenir qu’une partie des documents. On peut se rassurer, le fonds est tellement vaste que d’autres expositions pourront être montées.

En attendant, l’expo « L’œuf ou la tuile » – vous trouverez l’explication à ce titre curieux – en parcourant les panneaux présentés dans l’exposition.

 

Des visites guidées pour les groupes sont organisées sur réservation auprès des Archives de l’Etat à Namur. Une exposition accessible du mardi au samedi, de 9 à 16h30. Entrée libre.

Infos: archives.namur@arch.be – 081/65.41.98