Euthanasie : Une délégation de Sant’Egidio reçue par le président de la Mutualité chrétienne (mise à jour)


Partager
Euthanasie : Une délégation de Sant’Egidio reçue par le président de la Mutualité chrétienne (mise à jour)
Par Clément Laloyaux
Journaliste de CathoBel
Publié le
4 min

Les récentes déclarations du président de la Mutualité chrétienne sur l'euthanasie suscitent l'indignation et la confusion. Dans un communiqué, Sant'Egidio Belgique invite à "protéger les vies fragiles" plutôt qu' "encourager la mort". Voulant joindre la parole aux actes, une délégation de Sant'Egidio s'est rendue ce vendredi matin devant le siège de la mutuelle pour manifester leur mécontentement ... avant d'être reçue par Luc Van Gorp en personne.

Lundi dernier, Luc Van Gorp a présenté une étude de la Mutualité chrétienne, avec un certain nombre de chiffres soulignant le coût croissant de l'augmentation de la population âgée dans notre société. Dans la foulée, il a précisé sa réflexion dans les journaux Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad. A la consternation de beaucoup, il a suggéré, dans ces interviews, qu'une façon de réduire les coûts pourrait être de créer plus d'opportunités pour les personnes âgées de "rendre leur vie" en temps voulu, si elles sont "fatiguées de la vie".

Après les évêques de Belgique jeudi, c'est au tour de la communauté Sant'Egidio de monter au créneau et fermement dénoncer cette proposition.

Une proposition "cruelle et inhumaine"

Dans un communiqué publié ce vendredi 12 avril, l'antenne belge de Sant'Egidio montre sa stupéfaction devant un tel plaidoyer : "Même le lobby de l'euthanasie et les partisans de la mort choisie, dans notre pays et à l'étranger, se gardent généralement d'établir un lien direct entre ce discours et l'augmentation du coût des soins de santé". 

Sant'Egidio Belgique rejette fermement cette façon de penser : "Augmenter explicitement ou implicitement la pression sur ce groupe vulnérable - les personnes âgées - pour qu'il quitte la vie « à temps » est cruel et inhumain. La mort ne peut pas être encouragée. Au contraire, la vie fragile doit être soutenue et protégée. Telle devrait être la priorité d'une assurance de soins de santé ou d'une Mutuelle."

La suggestion prend une dimension encore plus grave à leurs yeux du fait qu'elle soit avancée par le dirigeant d'une des principales mutuelles nationales, et chrétienne de surcroît : "Elle est d'autant plus inacceptable qu'elle émane d'un groupe qui porte le "C" de chrétien dans son nom. La mentalité purement commerciale qui se dégage de ces déclarations est en contradiction avec les bases sur lesquelles cette mutuelle doit son émergence et le nombre considérable de ses membres".

Les personnes âgées comparées à de la viande

Ensuite, Sant'Egidio revient sur une comparaison choquante faite par Luc Van Gorp dans son argumentaire :

« Je compare parfois les personnes vieillissantes à une montagne de viande. Cette montagne entre d'abord dans le système de soins de santé. Les médecins et les hôpitaux commencent à travailler dessus et en tirent de bons revenus, mais dès que la viande commence à sentir un peu, ils la déplacent vers les soins aux personnes âgées ».

"Que pensent les personnes âgées du fait d'être comparées à de la viande malodorante, ainsi que leurs soignants et leurs aidants ?" s'interroge Sant'Egidio Belgique en conclusion de leur communiqué.   

Pour joindre la parole aux actes, une courte manifestation symbolique a eu lieu ce vendredi 12 avril au matin devant le siège de la Mutualité chrétienne (Bruxelles), organisée par et pour les personnes âgées.

Sant'Egidio manifeste devant le siège de la CM ... puis est reçu par Luc Van Gorp !

© Sant'Egidio (Facebook)

Une délégation de Sant'Egidio et du collectif "Leve de Ouderen!" a manifesté vendredi matin devant le siège de la christelijke mututaliteit en réponse aux récentes déclarations du président Luc Van Gorp.

Hilde Kieboom, présidente de Sant'Egidio, a déclaré dans son discours : "La mort n'a pas besoin de coup de pouce". Mia Lenssens de "Leve de Ouderen!" a dénoncé la perception négative des personnes âgées et a appelé à une meilleure appréciation du capital humain que représentent les personnes âgées.
Luc Van Gorp et une équipe du CM sont venus écouter et ont invité la délégation à discuter à l'intérieur.

Autour de la table, les points de vue ont été échangés et un dialogue constructif s'est instauré. M. Van Gorp a expliqué les enjeux politiques et sociaux des soins aux personnes âgées. Sur demande, il s'est excusé pour les déclarations qui ont pu paraître offensantes. Des dispositions ont été prises pour poursuivre les contacts, la consultation et la coopération.

Luc Van Gorp échange avec les équipes de Sant'Egidio. © Sant'Egidio (Facebook)

C.L. (avec cp)


Dans la même catégorie