Il y a 95 ans arrivaient les premières diplômées au Vatican


Partager
Il y a 95 ans arrivaient les premières diplômées au Vatican
Photo de 1936 des employés de la Bibliothèque apostolique. © Vatican News
Par Vatican News
Publié le
6 min

À partir de 1929, la Bibliothèque vaticane recrute des jeunes femmes diplômées: une première pour l'État pontifical. L'expérience est positive, mais le projet prend fin douze ans plus tard, pendant la guerre. Aujourd'hui, plus de 50 % du personnel de la Bibliothèque vaticane sont des femmes, dont beaucoup occupent des postes de direction.

Tout a commencé par un voyage en Amérique en 1927, où Eugène Tisserant a passé près de trois mois à visiter les plus importantes bibliothèques des États-Unis. Pas pour lire, même s'il aurait aimé le faire. Le prêtre et orientaliste français, scripteur de la Bibliothèque du Vatican et doué d'un vif intérêt pour l'innovation, voulait voir les énormes innovations bibliothécaires qui s'étaient imposées en Amérique du Nord.

Eugène Tisserant revient avec le projet de transformer l'ancienne Bibliothèque du Vatican en une bibliothèque orientée vers l'utilisateur: catalogue, service de référence, commande rapide, rayonnages bien organisés, grande salle de lecture. Un dépôt sécurisé pour les livres rares et les manuscrits et un accès pour les chercheurs comme auparavant. Et plus encore, Tisserant visait la convivialité de la Bibliothèque du Vatican, le saut dans l'ère moderne de toutes les bibliothèques.

Modernisation de la Bibliothèque vaticane

Ce que le prêtre érudit avait également remarqué dans les bibliothèques américaines, c'était la présence de femmes savantes qui travaillaient comme bibliothécaires. Ce n'était pas le cas au Vatican. Mais 1929 a été l'année de l'innovation dans l'État pontifical. Les accords du Latran concèdent au Souverain pontife l'indépendance territoriale vis-à-vis de l'Italie et entraînent une explosion de la construction et une vague d'innovations que le Vatican n'avait pas connus depuis la Renaissance. Des innovations tout à fait conformes aux goûts du pape érudit Pie XI; Achille Ratti lui-même avait été préfet de la Bibliothèque du Vatican dans les années 1914-1918. Devenu pape, il dit «oui» à tous les changements et «oui» à la première «signorine», comme on les appelait, dans sa bibliothèque modernisée. La première femme diplômée à venir au Vatican fut la médiéviste française Jeanne Odier en octobre 1929.

«Il semble qu'il y en ait eu 24 au total», résume Raffaella Vincenti, secrétaire de la Bibliothèque vaticane depuis 2012 et première femme à occuper cette fonction. «Elles ont été engagées un peu au fil du temps pour la description et le catalogage des manuscrits, et en même temps aussi pour la rédaction d'un système de règles qui permettrait une régularité dans la description. Je crois savoir qu'il s'agissait principalement d'universitaires de l'Université Sapienza et que certaines d'entre elles avaient étudié à l'École de paléographie du Vatican».

Des femmes formées et compétentes

Le donateur de la restructuration institutionnelle, qui avait déjà facilité le voyage crucial d'Eugène Tisserant, était également américain. La «Fondation Carnegie pour la paix internationale», fondée en 1910 par le magnat de l'acier Andrew Carnegie et toujours en activité, a contribué à la reconstruction de l'Europe après la Première Guerre mondiale. «La fondation a particulièrement soutenu les activités culturelles, considérées comme le pilier de la reconstruction», explique Raffaella Vincenti. Les Américains ont vu un potentiel particulier dans la Bibliothèque vaticane, avec son influence sur le monde universitaire européen. Le fait que les femmes bibliothécaires n'étaient plus une rareté aux États-Unis a peut-être été l'une des raisons pour lesquelles les dotations américaines à la Bibliothèque des Papes ont également bénéficié, pour la première fois, à des femmes qualifiées. Elles avaient la formation, elles faisaient un travail solide.

«Elles ont été choisies comme expertes en manuscrits et en paléographie», souligne Raffaella Vincenti. «Elles ont donc été chargées de décrire et de cataloguer les manuscrits et, parallèlement, d'élaborer un système de règles permettant d'assurer la régularité de la description afin de garantir l'uniformité du catalogage. C'était un travail de bibliothèque exigeant et responsable. Après tout, des femmes étaient chargées de cataloguer la plus grande collection de manuscrits au monde».

Photo de 1936. Les premières femmes diplômées arrivèrent en 1929. © Vatican News

Une lente évolution au sein de la société

Dans l'Italie voisine, les femmes titulaires d'un doctorat ont eu du mal à se frayer un chemin dans le monde professionnel. La grande majorité des femmes diplômées en sciences humaines sont devenues enseignantes; pratiquement aucune femme, dans les années 1920 et 1930 du fascisme, n'a réussi à obtenir un poste de professeur d'université. Le fascisme a diffusé une image conservatrice de la femme. Dans une célèbre polémique en 1934, Mussolini a décrit la femme qui travaille et la machine comme les deux plus grandes menaces pour les hommes italiens. Cependant, l'idée qu'une fille serait financièrement avantagée par un diplôme si elle restait célibataire s'est peu à peu imposée dans les familles. Par conséquent, le nombre d'étudiantes dans les universités a augmenté rapidement pendant le fascisme. Et ici et là, une femme diplômée en Italie réussit à trouver un emploi dans une surintendance, un service d'archives ou une bibliothèque. Les premières femmes docteures dans la «Bibliothèque vaticane» toute proche représentaient donc une innovation, certes, mais pas une révolution -en parfaite adéquation avec le modèle ecclésiastique qui avait fait ses preuves.

Les 24 «signorine» de la Bibliothèque vaticane n'avaient pas de contrat de travail, mais travaillaient à l'heure. Elles n'étaient même pas «les premières femmes professionnelles du Vatican» : selon les archives disponibles au Vatican, ce record revient à la couturière Anna Pezzoli en 1915, et l'on sait également que des religieuses du Vatican géraient l'atelier de restauration des tapisseries des Musées depuis les années 1920. Cependant, Jeanne Odier et ses collègues ont été les premières femmes à recevoir une formation académique dans les États pontificaux. Elles représentaient une nouvelle génération de femmes au service de l'Église et leur exemple a rapidement fait école. Cinq ans plus tard, l'archéologue allemande Hermine Speier, de confession juive, a pris ses fonctions de photothécaire aux Musées du Vatican, elle aussi au départ en tant qu'indépendante permanente, malgré ses qualifications. Contrairement à ses collègues de la Bibliothèque, Hermine Speier est restée suffisamment longtemps pour devenir, en 1964, ce que l'on croit être la première femme du Vatican à obtenir un poste permanent, assorti de droits à la retraite.

Une réalité désormais enracinée

L'intermède des premières femmes diplômées de la Bibliothèque vaticane s'est achevé en 1941. Dès 1939, avec le passage de Pie XI à Pie XII, des signes de changement s'étaient manifestés. Adriana Marucchi, qui a fait partie du groupe de femmes de 1934 à 1939, a déclaré plus tard dans une interview que le Pape Pie XII était moins enclin au travail des femmes à la bibliothèque. Mais selon Raffaella Vincenti, la déclaration de guerre de l'Italie et de l'Allemagne contre les États-Unis en 1941 a certainement joué un rôle important. La communication s'est interrompue et les priorités ont changé, tant au Vatican qu'au sein de la fondation nord-américaine.

Aujourd'hui, la Bibliothèque vaticane compte près de 100 employés, «dont plus de la moitié sont des femmes, et la plupart de nos départements sont également dirigés par des femmes», précise-t-elle. L'archiviste et bibliothécaire de la Sainte Église romaine, le préfet et le vice-préfet sont des hommes, mais les départements des manuscrits, des livres imprimés, de la restauration, des reproductions, de l'informatique, ainsi que le secrétariat, où tous les fils se rejoignent, sont entre les mains de femmes. «Cela est certainement dû au fait que les femmes sont plus fortement représentées dans les sciences humaines», explique Raffaella Vincenti, «et cela reflète donc une situation objective». La nomination des premières femmes diplômées au Vatican il y a 95 ans, dans le sillage de la modernisation de la bibliothèque, n'était qu'un début.

Gudrun SAILER


Dans la même catégorie