Commentaire de l’évangile du 5e dimanche de Carême B : Nous pouvons tous glorifier Dieu


Partager
Commentaire de l’évangile du 5e dimanche de Carême B : Nous pouvons tous glorifier Dieu
Vincent van Gogh, Champ de blé derrière l'hospice Saint-Paul avec un faucheur (1889).
Par Frère Philippe HENNE, o.p.
Publié le
6 min

"Décidément, l’Evangile de saint Jean fait tout de travers..." Découvrez le décryptage de l'évangile du jour [Jean 12, 20-33] par le frère Philippe HENNE, o.p.

Décidément, l’Evangile de saint Jean fait tout de travers. Voilà qu’il fait parler Dieu le Père, là, au milieu de la foule, comme si c’était normal que Dieu le Père parle ainsi pendant la journée, sur la route ou au milieu de la ville. Et on le voit: les gens ne comprennent pas. Ils devinent qu’il se passe quelque chose d’anormal. Certains pensent que c’est un coup de tonnerre comme sur le mont Sinaï quand le Seigneur a donné la Loi à Moïse. D’autres pensent que ce sont des anges comme l’ange Gabriel auprès de la Vierge Marie ou comme l’archange Michel qui, avec tous ses anges, combat le démon.

Tout cela, c’est parce que l’Evangile de Jean ne parle pas de la Transfiguration, ce moment particulier où Jésus s’est manifesté dans toute sa gloire devant un petit groupe de disciples soigneusement choisis, Pierre, Jacques et Jean. Non, pour le quatrième Evangile, il n’y a pas de manifestations particulières, réservées à quelques privilégiés. Pour Jean, Jésus s’est manifesté à tout le monde, devant tout le monde. C’est pour cela qu’il parle tout le temps de la gloire et de la glorification. La gloire, c’est la manifestation de l’amour que l’on reçoit de la part de Dieu. C’est comme certaines personnes que l’on connaît bien. Elles sont épanouies. Elles rayonnent. Pourquoi? Parce qu’elles connaissent un grand amour, un amour qui les remplit de paix et de calme. Cela leur permet d’envisager le monde et la vie avec confiance. Ils savent qu’ils ne sont pas tout seuls. Ils sont comme des enfants qui jouent dans un parc public. Ils sont tranquilles parce qu’ils savent qu’il y a toujours leur maman qui est là, pas loin, qui veille sur eux.

C’est pourquoi Jésus, même s’il est angoissé, garde confiance. Il monte à Jérusalem. Il sait que c’est son dernier voyage. Il sera bientôt arrêté, condamné, mis à mort. Comme tout homme, il a peur devant cette mort brutale. C’est pourquoi il se demande s’il va prier son Père de le délivrer de cette épreuve. C’est comme dans les autres Evangiles, quand Jésus est au mont des Oliviers. Il demande à son Père d’éloigner la coupe de la souffrance et de la mort. Jésus est un homme, un vrai, avec son angoisse, mais aussi avec sa mission. Car il réagit aussitôt: "c’est pour cela que je suis venu, pour manifester ta gloire".

C’est alors que se pose une question toute simple: quand un homme est-il grand? Quand il reste assis dans son fauteuil et qu’il chipote sur son portable? Ou bien quand il agit, comme une mère de famille qui se lève la nuit parce que son enfant crie et pleure? Ou bien quand il agit comme un pompier qui s’élance dans une maison en feu et qu’il arrache un enfant prisonnier des flammes? C’est cela glorifier Dieu. Ce n’est pas recevoir une décoration, ni chanter bien fort les louanges de Dieu. C’est faire comme Jésus: donner sa vie pour les autres. C’est faire comme Marie et Joseph: accepter l’imprévu et laisser germer la présence de Dieu dans notre vie de tous les jours.

Tous, nous pouvons être glorifiés par Dieu en laissant les portes et les fenêtres de notre cœur grandes ouvertes à la lumière de son amour. Et c’est ainsi que nous pouvons glorifier Dieu, en donnant aux autres ce que nous avons reçu, son amour et sa tendresse pour l’éternité.

Frère Philippe HENNE, o.p.

LECTURES DU JOUR

Lecture du prophète Jérémie 31, 31-34

"Je conclurai une alliance nouvelle et je ne me rappellerai plus leurs péchés"

Voici venir des jours – oracle du Seigneur –, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Egypte: mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’étais leur maître – oracle du Seigneur.

Mais voici quelle sera l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés – oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes; je l’inscrirai sur leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant: "Apprends à connaître le Seigneur!" Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands – oracle du Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés.

Lecture de la lettre aux Hébreux 5, 7-9

"Il a appris l’obéissance et est devenu la cause du salut éternel"

Le Christ, pendant les jours de sa vie dans la chair, offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 12, 20-33

"Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit"

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande: "Nous voudrions voir Jésus." Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare: "L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis: si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.

Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire? 'Père, sauve-moi de cette heure'? – Mais non! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci! Père, glorifie ton nom!" Alors, du ciel vint une voix qui disait: "Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore." En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient: "C’est un ange qui lui a parlé." Mais Jésus leur répondit: "Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes." Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Textes liturgiques : AELF, Paris


Dans la même catégorie