Fini le temps des injures: le président argentin Javier Milei reçu ce lundi par le pape François


Partager
Fini le temps des injures: le président argentin Javier Milei reçu ce lundi par le pape François
Voir Javier Milei et François côte à côte peut surprendre. Le premier n'avait pas hésité à qualifier le second de «Personnage néfaste», «imbécile qui promeut le communisme», «représentant du Malin» sur Terre… L'heure est désormais à l'apaisement. © Oficina del Presidente (X)
Par Vatican News
Publié le
4 min

Après la salutation et l'accolade de dimanche dans la basilique Saint-Pierre après la canonisation de Mama Antula, le chef de l'État argentin a été reçu ce lundi 12 février par François au palais apostolique. Dialogue confidentiel, plaisanteries, échange de cadeaux, y compris des friandises typiquement argentines de la part du président.

La première rencontre a eu lieu dimanche 11 février, avant et après la messe de canonisation à Saint-Pierre de la première sainte argentine, Mama Antula, fondatrice de la maison d'exercices spirituels de Buenos Aires et championne des pauvres et des dépossédés. Un rapide salut dans la sacristie puis, à la fin de la célébration dans la basilique, une poignée de main avec sa sœur Karina à ses côtés, la plaisanterie du Pape («Te has cortado el pelo?» «tu t’es coupé les cheveux ?») et le président qui demande: «Puis-je t’embrasser?» et se penche en avant pour l'embrasser chaleureusement. Les photos ont été immédiatement relancées sur les réseaux sociaux avec un message en lettres capitales: «Muchas Gracias!».

De Tel Aviv à Rome

Javier Milei, président depuis décembre 2023 de l'Argentine, patrie de Jorge Mario Bergoglio, était au Vatican ce matin, 12 février, pour une audience privée avec François, à qui il a également offert des produits typiquement argentins, comme des cachafaz, des biscuits fourrés au chocolat, et du dulce de leche, un produit argentin typique très apprécié par François.

Quelques plaisanteries et rires, puis le Pape a déclaré: «C'est un plaisir». «Aujourd'hui plus que jamais», a répondu le président. Il s'agit de la première rencontre officielle entre l'évêque de Rome et le président, économiste libéral et leader de la coalition La libertad avanza, qui revient d'un voyage à Tel Aviv ces derniers jours. Arrivé peu avant 9 heures, le dirigeant argentin, avant d'entrer au Vatican par la place Saint-Pierre et l'arc des cloches, pour arriver à la cour Saint-Damase puis au palais apostolique, a fait arrêter son convoi avenue de la Conciliation pour descendre de voiture et prendre quelques photos avec des pèlerins argentins.

Accompagné d'une délégation de six personnes (dont le rabbin Axel Wahnish, qui a été nommé nouvel ambassadeur d'Argentine en Israël), Javier Milei est à Rome depuis samedi et a visité quelques lieux symboliques de la ville. Cet après-midi, il rencontre le président de la République, Sergio Mattarella, et la présidente du Conseil, Giorgia Meloni.

Échange de cadeaux

La rencontre à huis clos de ce matin avec le Pape dans la bibliothèque du palais apostolique a duré environ une heure, de 9 à 10 heures, et s'est terminée par un salut à la délégation, une photo de groupe et le traditionnel échange de cadeaux. Outre les friandises susmentionnées, le président a également remis au Pape un dossier contenant une copie d'une lettre manuscrite datant de mai 1854 qu'adresse le secrétaire du Congrès de l'État de Buenos Aires, José Maria Gutierrez, au diplomate Juan Bautista Alberdi l'accréditant comme Encargado de Negocios, représentant en Europe auprès du Pape, ainsi qu'une photo avec la carte postale commémorative de Mama Antula que la poste argentine a distribuée à l'occasion de sa béatification en août 2017.

François lui a rendu la pareille en lui remettant des volumes de documents pontificaux, le Message pour la paix 2024 et le livre sur la Statio Orbis de la place Saint-Pierre. Il a également remis un médaillon en bronze inspiré du baldaquin de Saint-Pierre qui, selon la description, «évoque l'image du ciel, représentée à l'intérieur de la coupole du Baldaquin. Ce détail représente l'harmonie entre le sacré et le divin, unissant le ciel et la terre dans une vision unique».

Javier Milei rencontre le cardinal Parolin
Javier Milei rencontre le cardinal Parolin. © Vatican Media

La rencontre avec le Pape a été suivie d'une réunion à la Secrétairerie d'État du Vatican avec le cardinal Pietro Parolin et l'archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les Relations avec les États et les organisations internationales. Les entretiens ont été «cordiaux», selon une note de la Salle de presse, qui explique que la discussion a porté sur la «satisfaction pour les bonnes relations» entre le Saint-Siège et l'Argentine et sur le «désir de les renforcer davantage»«Ils ont ensuite évoqué le programme du nouveau gouvernement pour lutter contre la crise économique», indique la note. «Au cours de la conversation, certains sujets de nature internationale ont été abordés, en particulier les conflits en cours et l'engagement en faveur de la paix entre les nations».

Appels téléphoniques et lettres après les élections

Après la victoire du président, en novembre, avec 56 % des voix contre l'autre candidat, Sergio Massa, le Pape avait téléphoné au président pour lui souhaiter un bon début de mandat. Javier Milei a ensuite envoyé une lettre à François en janvier, dans laquelle il le remerciait pour son geste et écrivait qu'il avait apprécié les «sages conseils» du Pape et «les souhaits de courage et de sagesse pour ma personne, si nécessaires pour relever le défi de guider le destin de notre patrie et de nos concitoyens». Dans la même missive, le président a officiellement invité Jorge Mario Bergoglio à retourner dans son pays d'origine. Une hypothèse évoquée par François lui-même dans plusieurs interviews.

Salvatore Cernuzio pour Vatican News (titre : CathoBel)

Catégorie : Vatican

Dans la même catégorie