“Godvergeten” / “Les Oubliés de Dieu” – Mais, au fond, qu’a fait l’Eglise pour les victimes d’abus ?


Partager
“Godvergeten” / “Les Oubliés de Dieu” – Mais, au fond, qu’a fait l’Eglise pour les victimes d’abus ?
Par Clément Laloyaux
Publié le - Modifié le
4 min

"Que fait l'Eglise en Belgique pour les victimes d'abus sexuels ?" C'est une question qui est revenue régulièrement, en Flandre, parmi le flot de réactions à la série-docu "Godvergeten". Une question qui pourrait refaire surface, cette fois-ci au Sud du pays, suite à la diffusion du programme, ce mercredi soir, sur la Une télé. Afin d'y répondre clairement et par des faits, la Conférence des évêques de Belgique publie aujourd'hui un aperçu des initiatives et engagements les plus importants qu'elle a pris au cours des 25 dernières années.

Le principe "Plus jamais ça" doit être à jamais la ligne directrice, rappellent les évêques de Belgique. © Pexels

La série-documentaire "Godvergeten" sur les abus sexuels dans l'Eglise a été un coup de massue pour tout le monde. Pour l'Eglise aussi. Les témoignages courageux des victimes ont profondément touché les croyants et les autorités ecclésiastiques. Ils montrent tout aussi clairement que, par le passé, beaucoup ont détourné le regard et que la bonne réputation de l'institution a pris le pas sur la souffrance de ceux qui ont été abusés.

"Plus jamais ça" : la ligne directrice

Au Nord du pays, une question est revenue sur toutes les lèvres : "Mais que fait l'Eglise en Belgique pour les victimes d'abus sexuels ?". Une question que de nombreux téléspectateurs francophones vont certainement se poser, ce mercredi soir, lors de la diffusion sur La Une (RTBF) d'une émission spéciale sur les abus dans l’Eglise, qui reprendra deux épisodes de Godvergeten.

Même si l'Eglise communique régulièrement à ce sujet et que toutes les informations sont disponibles en ligne dans une rubrique spécifique sur les sites de Cathobel et Kerknet, il semble que ces informations ne soient pas toujours bien connues. 

Pourtant, depuis la Commission Adriaenssens en 2010, qui a permis de réaliser l'étendue et la nature des abus, la devise "Plus jamais ça !" est devenue le principe directeur. La ligne de conduite a été changée. Les recommandations de la commission parlementaire spéciale sur les abus dans les relations pastorales en 2010 ont contribué à créer un cadre pour la reconnaissance, la réparation et la prévention.

Lire aussi : Commission sur les abus – Tout le monde n’est pas mécontent de l’approche de l’Église

15 engagements fondamentaux pris et respectés par l'Eglise

Depuis les premières lignes d'assistance téléphonique en 1997 jusqu'au dernier rapport annuel publié à la mi-septembre 2023, l'Eglise catholique en Belgique a pris de nombreux engagements et porté une multitude d'initiatives en faveur des victimes d'abus. Afin de mieux informer le public, croyant ou non, sur le travail de réparation et de prévention mené durant ces 25 années, la Conférence des évêques de Belgique a envoyé aujourd'hui à tous les responsables pastoraux et autres collaborateurs un document reprenant les 15 engagements et initiatives les plus importants mis en œuvre par les autorités ecclésiastiques. Parmi ceux-ci :

  • Création de dix points de contact (2012 - 2021) : Toute personne qui est ou a été victime, témoin, auteur ou suspect d'abus sexuel ou de comportement transgressif peut s’adresser à ces derniers.
  • Puis remplacés en 2021 par deux points de contact uniques : l'un pour les diocèses et congrégations francophones et l'autre pour les diocèses et congrégations néerlandophones
  • Création de la Commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes (2012) : Cette Commission a été créée pour assurer une politique de prévention efficace et cohérente dans le cadre des abus sexuels dans une relation pastorale.
  • Journée nationale de reconnaissance et de la mémoire (2017) : Le samedi 8 avril 2017, dans la Basilique Nationale de Koekelberg, a eu lieu la Journée nationale de reconnaissance et de la mémoire pour les victimes d'abus sexuels dans l'Eglise (des initiatives similaires ont déjà eu lieu à Bruges et à Anvers).
  • Code de conduite pour les collaborateurs dans l’Eglise (2019) : Les évêques et les supérieurs majeurs veulent que tous ceux qui travaillent avec des enfants et des jeunes dans l'Eglise aient connaissance et respectent ce Code de conduite. Ce Code concerne le signalement des abus, le respect des règles de vie et de travail, l'appel à une vigilance constante et l'offre/le suivi d'une formation complémentaire. Consultable ici.
  • ...

Les évêques belges appellent ceux qui sont engagés dans l'Eglise à continuer à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que les abus dans les relations pastorales n'aient plus aucune chance de se produire. Et que tout soit mis en œuvre pour aider les victimes d'abus ainsi que leurs proches.

👉 Retrouvez ici le document "Que fait l’Église pour les victimes d’abus sexuels (1997-2023) ?" dans son intégralité.

C.L. (avec SIPI)


Victime d’abus sexuels ? Vous pouvez témoigner auprès du médiateur fédéral

La commission d’enquête parlementaire, créée au sein de la Chambre, lance un très large appel à témoignages auprès des victimes d’abus sexuels. Objectif: mieux comprendre les abus qui se sont révélés « au sein et en dehors de l’Eglise ».

Cliquez ici pour découvrir où et comment témoigner


Dans la même catégorie