De retour du Colloque européen des paroisses : “Soyons missionnaires”


Partager
De retour du Colloque européen des paroisses : “Soyons missionnaires”
Venus de Wallonie ou de Flandre
Par Anne-Françoise de Beaudrap
Publié le
4 min

Huit Belges participaient au Colloque européen des paroisses, la semaine dernière à Timisoara (Roumanie). Une délégation composée à parité d'hommes et de femmes, de francophones et de flamands! Anne Van Linthout, membre du Service diocésain Couples et familles Liège, nous en confie les fortes impressions.

Venus de Wallonie ou de Flandre, les participants belges au Colloque européen des paroisses sont venus avec nos spécialités noir-jaune-rouge.

"Chaque soir, pendant le colloque, nous partagions les spécialités culinaires des différentes régions d'Europe", raconte notre interlocutrice de la délégation belge. Si ce souvenir n'est sans doute pas le plus important, il traduit la convivialité qui régnait entre les différents groupes venus de France, de Suisse, et même d'Ukraine.

Le colloque européen des paroisses qui se déroulait du 29 juillet au 3 août équilibrait les temps d'enseignement, les discussions en petits groupes, et la découverte de la ville qui accueillait. "Il y avait un bon dosage", reconnaît Anne Van Linthout.

Dès la fin du C.E.P., un participant venu de Flandre donnait ses impressions

"Sortons de nos sacristies!"

Les interpellations du théologien François-Xavier Amherdt était placées au cœur de ce colloque européen des paroisses. Face au découragement qui submerge ceux qui observent les églises vides, Anne Van Linthout retient: "Il y a des choses à faire. FX Amherdt insiste sur les défis à relever non seulement au niveau de nos paroisses, mais des unités pastorales, et même dans le diocèse et dans l'Eglise."

Le théologien pastoral de l'université de Fribourg a fourni de nombreuses pistes que notre interlocutrice liégeoise résume par cette formule: "Sortons de nos sacristies!" Anne Van Linhout explique notamment: "nous devrions donner la priorité aux plus faibles et aux démunis..."

François-Xavier Amherd, théologien pastoral à l’Université de Fribourg, apportait chaque matin, un enseignement aux représentants des paroisses de toute l'Europe.

"Nous sommes dans une société multiculturelle", reprend Anne Van Linthout. Cela implique, selon l'enseignement de François-Xavier Amherdt: "Accueillons chacun dans son humanité. Par exemple, arrêtons de parler de ressources humaines ! Nous ne sommes pas des ressources, mais des êtres humains."

Invités à créer du lien

Notre interlocutrice liégeoise cite encore une autre interpellation du théologien pastoral suisse: "Soyons missionnaires!" Elle retient de FX Amherdt cette proposition faite aux paroisses: "chaque année, lançons une piste nouvelle et donnons-lui la priorité." Anne Van Linthout reconnaît que cela nécessite peut-être de "décaler d'autres actions chronophages".

François-Xavier Amherdt "nous a aussi encouragé à investir la pastorale familiale", explique celle qui est justement responsable du Service Couples et familles à Liège. L'une des pistes consiste à "essayer de mettre les familles en réseaux, pour se donner des moyens de vivre des choses ensemble." Le conférencier a aussi évoqué la pastorale en ligne, "sans laquelle on ne peut plus vraiment passer". "Apprenons à parler le langage de nos contemporains", résume Anne Van Linthout.

La responsable du Service Couples et familles confiait ses motivations, quelques mois avant de se rendre au Colloque européen des paroisses.

Des contacts informels naissent les discussions de fond

Le colloque européen des paroisses représentait l'occasion idéal de rencontrer des participants de toute l'Europe, et de découvrir la réalité roumaine. "Il s'est trouvé que Timisoara est capitale européenne de la culture", se souvient notre interlocutrice.

La place de Timisoara où se trouve la cathédrale catholique romaine

"Nous avons visité différentes paroisses", poursuit Anne Van Linthout. "Nous avons rencontré beaucoup d'acteurs pastoraux, j'aurai préféré discuter plutôt avec des paroissiens..."

Notre interlocutrice cite un exemple qui l'a marqué, et des discussions qui s'en sont suivies. "En visitant la paroisse catholique romaine, nous avons demandé comment ils vivaient la relation de proximité avec les gréco-catholiques ?" Anne Van Linthout rappelle justement que les prêtres de ce rite ont la possibilité de se marier avant d'être ordonnés. "Des prêtres mariés et des prêtres célibataires dans la même Eglise et sous l'autorité du même pape, cette question a amené beaucoup de discussions."

Enfin, tous ont été marqués par la présence, même tardive, d'une délégation de cinq Ukrainiens. "Ils ont un courage et une force, malgré l'incertitude liée à la guerre", reconnaît Anne Van Linthout. Les Ukrainiens ont "lancé un appel pour que nous continuons à prier pour eux, et que nous fassions pour tout ce qui nous est possible de faire là où nous sommes."

Anne-Françoise de Beaudrap

Catégorie : Eglise monde

Dans la même catégorie