Ukraine: Les pressions sur l’Eglise orthodoxe ukrainienne s’accentuent


Partager
Ukraine: Les pressions sur l’Eglise orthodoxe ukrainienne s’accentuent
La Laure de Kiev : bastion russe en Ukraine ? © CC0 Pixabay
Par Cath.ch
Publié le
3 min

Les pressions de Kiev sur l’Eglise orthodoxe ukrainienne, historiquement affiliée au Patriarcat de Moscou (EOU-PM), sont toujours plus fortes, selon diverses sources. Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe d’Antioche a exprimé dans un communiqué sa «solidarité avec les frères de l’Église orthodoxe ukrainienne» qui souffrent, entre autres, «de l’injustice de la persécution pour des motifs religieux».

La Laure de Kiev : bastion russe en Ukraine ? © CC0 Pixabay

Lors d’une rencontre du Saint-Synode fin avril à Balamand, au Liban, présidée par le Patriarche Jean X d’Antioche et de tout l’Orient, les membres du Synode se sont adressés «aux dirigeants de ce monde avec la demande de prêter attention à la discrimination et à la violation des droits de l’homme et des libertés religieuses subies par les fidèles de cette Église et ses dirigeants jusqu’à leur expulsion de la laure de Kiev, qui a été restaurée par eux».

Le Conseil de l'Europe interpellé ?

Le Conseil de l'Europe doit agir maintenant, «car dans l'ouest de l'Ukraine l’on constate une recrudescence des attaques contre l'Eglise orthodoxe russe [l’Eglise orthodoxe ukrainienne, EOU-PM, ndlr], à savoir des profanations, démolitions d'églises et perturbations des services religieux», affirme Harald Weyel, député de l’Alternative pour l'Allemagne (AfD) au Bundestag. Le parlementaire allemand de droite estime que cette Eglise fait face à «un danger imminent».

La Laure des Grottes de Kiev et ses iconiques dômes d’or surplombant le Dniepr, site orthodoxe le plus sacré du pays, a vu son bail délivré par l’État ukrainien expirer mercredi 29 mars 2023. Le monastère et ses 25 hectares est affilié à l’Église orthodoxe ukrainienne, séparée depuis mai 2022 du Patriarcat de Moscou et de toutes les Russies. 

Le monastère de la Laure des Grottes de Kiev, résidence du métropolite Onuphre, primat de l'Eglise ukrainienne (Patriarcat de Moscou) | © wikkicommons – Thrain

Moines accusés de propager la propagande russe

Kiev veut en expulser les 200 moines, les accusant de propager la propagande russe.  Les Nations Unies ont mis en garde Kiev contre des discriminations à l’égard de ces moines.

De son côté, l'Église orthodoxe ukrainienne, dans un communiqué du 2 mai 2023, contredit les déclarations du Ministère ukrainien de la culture selon lesquelles les bâtiments situés dans l'enceinte de la Laure des Grottes de Kiev ont été transférés à l'État ukrainien.  Le département de l'information et de l'éducation de l'Église, faisant référence aux bâtiments inspectés plus tôt dans la journée par une commission du Ministère, a nié que le transfert avait eu lieu.

A relire Pourquoi les moines de la Laure de Kiev devaient-ils quitter leur monastère avant fin mars ?

Les moines refusent leur expulsion

L'accord signé en 2013 entre le monastère et la réserve nationale de Kievo-Pechorskaya, autorisant la communauté religieuse à utiliser les lieux de culte, est toujours en vigueur. Le litige concernant le retrait unilatéral de la réserve de l'accord est actuellement devant le tribunal de commerce de Kiev. «Aucune décision n'a encore été prise dans cette affaire. Le monastère continue d'utiliser les locaux et d'assurer des services religieux», précise le communiqué.

Plus ancien monastère d’Ukraine, actuelle résidence du métropolite Onuphre, il a été fondé au XIe siècle alors que Moscou n’existait pas encore. La Laure des Grottes de Kiev a joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’Empire russe. Les moines orthodoxes ont décidé de ne pas quitter le monastère de la Laure des Grottes de Kiev, refusant d’obéir à l’ordre d’expulsion du 29 mars émis par les autorités ukrainiennes. Ils attendent la décision de justice, estimant que le gouvernement ukrainien a mis fin de façon unilatérale au contrat de bail.

Résistance des paroissiens  

Dans les premiers jours qui ont suivi la résiliation du contrat de bail, des membres de la commission d'État ukrainienne ont tenté d'entrer dans plusieurs bâtiments de la Laure pour en prendre possession et les fermer, mais les fidèles s’y sont opposés. Lors d'une nouvelle inspection mercredi, les paroissiens de la Laure ont formé une procession religieuse et ont suivi les inspecteurs ukrainiens en chantant des hymnes orthodoxes.

cath.ch/antioche/interfax/vaticannews/be


Dans la même catégorie