Commentaire de l’évangile du 5e dimanche de Pâques A : “Le Père ? Voie Christ”


Partager
Commentaire de l’évangile du 5e dimanche de Pâques A : “Le Père ? Voie Christ”
Par Angèle Mamuza
Publié le
3 min

"Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" - Voilà le titre de l'évangile de saint Jean (14, 1-12) pour lequel notre commentateur du jour nous partage sa réflexion...

"Monsieur le diacre, je voudrais bien me marier à l’église. Pourriez-vous célébrer, s’il vous plaît? Mais je vous préviens: je n’ai plus qu’un pourcent de la foi chrétienne!"

"Mais c’est magnifique, ça! Tu es toujours sur le chemin! Quelle bonne nouvelle."

Avoir la foi, c’est être sur le Chemin. Laissons le soin au Bon Dieu de juger si le pèlerin a fait un bon parcours ou pas. Personne n’a un dosimètre pour évaluer si le chrétien est de bonne foi ou a une bonne foi.

N’est-il pas important d’être en route, sur le chemin? De mettre un pied devant l’autre pour aller vers le but: la Vie, le Père!

Oh, les voies du Seigneur sont impénétrables et le parcours particulièrement sinueux!

Lors des baptêmes, le prêtre ou le diacre demande aux parents, parrain et marraine de proclamer leur foi, leur adhésion au credo.

Les braves gens que nous avons devant nous ne peuvent pas évaluer la densité de leur acceptation du message de Jésus et de l’Eglise. Nous, non plus.

On ne leur demande pas de répondre aux nombreuses questions du catéchisme de jadis. Et encore, ce ne serait pas le gage d’un attachement à la personne de Jésus, le Christ.

Mais qu’est-ce qui est essentiel? Redisons-le: d’être en chemin!

"Oui, mais moi, je n’avance pas vite!" "Et moi, je suis assis sur le banc, découragé." "Personnellement, je fais demi-tour pour l’instant." "Ok, j’avance." "J’ai mal aux pieds." "Je ne vois pas toujours où je vais." Etc.

Dans le respect de l’avancée de chacun, oui, la profession de foi est audible.

Ne sommes-nous pas tous appelés à la sainteté? Sainteté que nous n’avons pas encore tous touchée!

Dans l’Evangile de ce dimanche, n’entend-on pas Jésus dire: "Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures"?

Eh oui, Pierre n’est pas André, Jacques n’est pas Jean! Tous ont posé leurs pieds dans les traces de Jésus. Même Judas.

Les baptisés savent que personne ne va vers le Père sans passer par Jésus, qu’Il est le Chemin, la Vérité et la Vie. Mais à l’instar de ce que nous enseigne saint Paul, nous sommes tous différents mais nous faisons tous partie du même corps.

Nous faisons nôtre la parole de saint Pierre: "Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut…".

Ne sommes-nous pas aussi Etienne et ses six amis à qui les apôtres ont imposé les mains: "au service des tables" pour que les veuves, les plus rejetés, les écartés ne soient pas désavantagés.

En ce magnifique temps de Pâques, tentons de comprendre et d’assimiler cet événement bouleversant qu’est la résurrection de notre Seigneur.

Ce n’est pas banal! Tout semblait perdu et une Lumière nous guide dans l’obscurité de notre route, un phare nous montre par où aller.

Nous avons déjà hâte d’arriver à la Pentecôte et de compter sur la force inouïe que nous donne l’Esprit-Saint pour nous doper dans notre escalade à travers les sentiers qui mènent au Père.

Jacques DELCOURT

Diacre permanent

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie