La collecte du Vendredi Saint destinée aux victimes du séisme


Partager
La collecte du Vendredi Saint destinée aux victimes du séisme
Par Vatican News
Publié le
4 min

"Alors que l’humanité se remettait lentement des conséquences de la pandémie, nous avons assisté il y a quelques semaines aux bouleversements provoqués par ce terrible tremblement de terre". Le préfet du dicastère pour les Églises orientales, Mgr Gugerotti, appelle à une action solidaire à l'endroit de la Syrie et de la Turquie, où le séisme a provoqué d'immenses dégâts et causé un très grand nombre de morts.

Mgr Claudio Gugerotti, préfet du dicastère pour les Églises orientales, a lancé un appel au don pour secourir les pays les plus touchés, aussi bien par les conflits et les guerres que par les catastrophes naturelles, en occurrence la Turquie et la Syrie.

Témoignage de Mgr Gugerotti de retour de Syrie et de Turquie

Vendredi Saint, jour de la collecte pour la Terre Sainte, la liturgie de l'Eglise catholique fait résonner le récit de la Passion du Seigneur. Au travers des signes qui accompagnèrent la mort de Jésus, il est fait référence à celui-ci: "Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas; la terre trembla et les rochers se fendirent".

Alors que "l’humanité se remettait lentement des conséquences de la pandémie, nous avons assisté il y a quelques semaines aux bouleversements provoqués par ce terrible tremblement de terre". S’il a été également ressenti à Jérusalem, il a "provoqué des dégâts et causé un très grand nombre de morts en Syrie et dans le sud de la Turquie", a-t-il affirmé, "des terres visitées par la prédication apostolique, ces lieux où le christianisme des origines a fleuri avec d’éminentes traditions monastiques et érémitiques, des écoles théologiques qui ont contribué au développement de la compréhension du mystère du Christ dont nous sommes tous débiteurs", a souligné le prélat.

Le préfet du dicastère pour les Églises orientales qui revient d'une visite dans les deux pays touchés par le séisme du 6 février, a plaidé en faveur des victimes, "nos frères et sœurs dans la foi et dans l’humanité (qui) ont dû fuir leurs maisons, non pas à cause du risque des bombes ou de l’invasion de la plaine de Ninive en Irak", mais parce que leurs "maisons, le lieu intime des affections les plus chères, le refuge de leur famille, ont chancelé au risque de devenir, et même se transformant souvent en une véritable tombe mortelle". Pour Mgr Gugerotti, ces "catastrophes nous font encore plus ressentir le besoin de nous enraciner dans le Roc de la fidélité de Dieu dans la Pâque du Christ, mort et ressuscité".

Témoignage sur La vie à Alep après le séisme

mais aussi: La solidarité s'organise, y compris depuis la Belgique

Une solidarité pour aider les victimes

Ces dernières semaines, beaucoup de "maisons religieuses des Franciscains et d’autres Ordres et Congrégations en Syrie comme en Turquie sont devenues comme des tentes et des abris pour les personnes évacuées à cause du séisme", a fait savoir le prélat. Poursuivant, il informe que dans toute la Terre Sainte, elles sont comme des "oasis d’espérance à travers l’attention prodiguée aux plus petits, par la formation scolaire, l’accompagnement des mères en difficulté, le soin apporté aux personnes âgées comme aux malades", ainsi que le soutien apporté "aux projets de logements pour les jeunes familles et la création d’emplois pour qu’il vaille la peine de demeurer dans ces Lieux saints du Salut".

Le préfet du dicastère pour les Églises orientales se félicite de constater que "l’Église universelle et l’humanité toute entière se sont montrées une fois de plus attentives à secourir ces personnes face l’urgence causée par cette catastrophe naturelle". Il a réitéré les invitations du Pape François, confiant au dicastère pour les Églises orientales les responsabilités de "raviver l’invitation à demeurer solidaires de la communauté chrétienne de Terre Sainte, comme le faisait déjà l’Apôtre des Nations, saint Paul, avec la collecte entreprise pour l’Église de Jérusalem". Le prélat invite ainsi à faire un geste afin de venir en aide aux personnes sans-abris qui vivent dans les situations difficiles. "Que le geste matériel de l’offrande auquel il nous invite soit vivifié par cette parole qui nous fait redécouvrir le sens de maintenir vivante la mémoire des origines: «Regardez le rocher dans lequel vous avez été taillés»".

(Jacques Ngol, SJ – Cité du Vatican)


Dans la même catégorie