En route vers Compostelle


Partager
En route vers Compostelle
Par Angélique Tasiaux
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Parti de Vézelay, Jean Crespin poursuit une longue marche vers Compostelle dans le but, entre autres, de récolter des fonds au profit d'un internat bolivien.

Les pèlerinages ont la cote depuis quelques années, ce n'est un secret pour personne. Quitte à se lancer dans une démarche qui allie sportivité et spiritualité, autant l'entreprendre au bénéfice des plus démunis. C'est ainsi que Jean Crespin a enfilé ses bottines de marche et a quitté son domicile de Wolkrange. Heureux grand-père, le retraité a choisi de parcourir les 2.000 kilomètres vers le lieu mythique de Compostelle en récoltant des fonds pour un établissement scolaire de Bolivie. Fondé par son frère en 2001, celui-ci est victime d'un cruel manque de financement.

Enthousiaste, Auxane Crespin se réjouit de la démarche menée par son époux. "C'est magnifique. Toute la famille le porte. L'idée du chemin est venue en pensant à l'ONG fondée en Bolivie par mon beau-frère. Ce dernier est installé là-bas depuis 1993. Colloma, c'est le nom d'un des huit internats qu'il a ouverts sur place. Entretemps, deux ont dû être fermés, faute de subsides. Il y a peu, mon mari s'y est rendu pendant trois mois pour sécuriser les installations électriques."

L'œuvre d'une vie

K'anchay, lumière de l'aube, tel est le nom de l'ONG fondée par Robert et Françoise Crespin, dans le sud de la Bolivie. A côté d'un enseignement adapté aux réalités locales, les institutions scolaires se sont dotées d'internats "pour permettre un accès à l'enseignement et éviter des heures de marche", précise Auxane Crespin. Les élèves sont, en effet, issus de familles d'agriculteurs précarisées. Comme l'indique Proma, qui soutient l'ONG par l'octroi de bourses d'études, "outre l’enseignement classique, ils apprennent une agriculture biologique et respectueuse de l’environnement. Une grande attention est portée aux valeurs et aux principes de la vie communautaire".

"Je marche pour Colloma"

Touché plus particulièrement par l'internat du village de Colloma et ses 50 enfants qui y séjournent, Jean Crespin a choisi de leur consacrer son pèlerinage afin d'assurer la survie de ce projet. Parmi les travaux urgents envisagés à l'internat, se trouvent la rénovation des sanitaires devenus insalubres, des réparations conséquentes dans les lieux de vie des élèves (salles de classe, dortoirs, réfectoire…), mais aussi la réhabilitation des toitures ainsi que la construction d'une annexe dédiée à l'apprentissage de l'informatique. Intitulé explicitement "Je marche pour Colloma", le blog allie observations touristiques, nourries par des commentaires et des photos des lieux visités ou régions traversées, ainsi que des remarques et des encouragements familiaux: "Ce matin, il a fait très froid et Papa est monté jusqu'à la cathédrale" (jour 6). Comme le rappelle Auxane, "pour suivre le pèlerinage tout au long des deux mois, un reportage est posté sur le blog tous les soirs à partir des photos prises pendant la journée par mon mari et son compte rendu que les enfants transforment sur le site". Il s'agit d'une véritable entreprise familiale, puisque Jean, le père, marche pour son frère, Robert, escorté par l'intervention en ligne de ses enfants !

Angélique TASIAUX

Infos: www.jemarchepourcolloma.com

 

Catégorie : Belgique

Dans la même catégorie