Réfugiés :Théo Francken accepte un “couloir” humanitaire, grâce aux cultes


Partager
Réfugiés :Théo Francken accepte un “couloir” humanitaire, grâce aux cultes
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
4 min

A l'initiative de la Communauté Sant'Egidio, le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, délivrera des visas humanitaires pour 150 Syriens. Qui sera le fruit d'une collaboration interreligieuse.

Ce mercredi 22 novembre à 16h, le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Théo Francken, signera avec la président de Sant'Egidio, Hilde Kieboom, le cardinal Jozef De Kesel et les autres chefs des cultes reconnus en Belgique, une déclaration d’Intention pour l’arrivée de réfugiés syriens en Belgique. Sur la base de cet accord, 150 réfugiés syriens arriveront de Turquie et du Liban, avec un visa humanitaire, pour s’établir en Belgique. Une fois dans notre pays, ils pourront faire une demande d’asile et construire un nouvel avenir. Pendant la durée de la procédure de la demande d’asile, ils ne seront pas accueillis dans un centre de Fedasil, mais ils seront pris en charge par des communautés religieuses de toute la Belgique. Ainsi, les diocèses de l'Eglise catholique accueilleront 100 réfugiés.

La sécurité avant tout

Les 150 réfugiés syriens sont identifiés sur base de la "vulnérabilité". "Il s’agit principalement de familles avec enfants, mais aussi de personnes âgées et de personnes ayant besoin de soins médicaux spécialisés. Les liens avec la Belgique sont aussi pris en compte. Il s’agit d’un groupe composé de personnes de toute conviction. Le projet sera mis en œuvre en 2018", indique le communiqué de Sant'Egidio, en charge de la coordination du projet.

"Je me réjouis qu’une telle opération soit mise en œuvre au-delà des différences religieuses", a déclaré Theo Francken. "J’ai toujours plaidé pour un accès en toute sécurité à notre territoire pour de 'vrais' réfugiés. Il est injuste de laisser des réfugiés entre les mains de trafiquants d’êtres humains qui gagnent des sommes d’argent énormes avec eux et pour lesquels la vie humaine ne compte pas. C’est une initiative positive qui s’ajoute aux 1.150 réfugiés que notre pays accueillera, en 2018, dans le cadre du programme européen de réinstallation. Cela s’ajoute aussi aux opérations de sauvetage de Chrétiens que j’ai soutenues dans le passé", a-t-il ajouté.

De son côté, Jan De Volder, à la base de l'initiative pour Sant'Egidio, a précisé que le projet des "couloirs humanitaires" met l’accent sur la sécurité. "Que ce soit la sécurité des réfugiés, qui ne doivent pas risquer leur vie à travers la Méditerranée pour atteindre l’Europe, ou la sécurité du pays qui les accueille. Les candidats sont contrôlés à l’avance afin que les autorités connaissent le profil des personnes qui vont venir en Belgique".

Financement privé

Une caractéristique particulière du projet est qu’il est financé par des associations privées et qu’il ne dépend pas des budgets de l’Etat belge et de Fedasil. Tous les cultes reconnus dans notre pays (les Eglises chrétiennes, le judaïsme et l’islam) se sont unis pour prendre en charge le voyage et l’accueil des réfugiés. Ce seront des bénévoles et des professionnels qui les accompagneront pendant un an pour les aider dans l’introduction de la demande d’asile et dans leur parcours d’intégration.

Les 150 réfugiés, qui arriveront en avion en Belgique, s’ajoutent aux réfugiés que la Belgique doit accueillir dans le cadre des programmes de réinstallation internationaux. Les "couloirs humanitaires" répondent à l’appel des Institutions européennes, d’organisations internationales et d’organisations de défense des droits humains qui plaident depuis un certain temps pour l’ouverture de routes sûres et légales pour les réfugiés, éventuellement par le biais d’un système de “private sponsorship”. La France et l'Italie ont déjà répondu positivement à cet appel.

Dans notre pays, les diocèses catholiques, en collaboration avec Caritas, prendront en charge l’accueil du plus grand nombre de réfugiés. Mais, les Eglises protestantes, évangéliques, orthodoxes et anglicanes, les communautés juive et musulmane contribueront aussi concrètement à l’accueil. Ce projet est donc une forme unique de collaboration œcuménique et interreligieuse.

C’est au sein du comité “Together in Peace”, que se concrétise la collaboration des cultes et convictions reconnus. Précédemment, il avait organisé la Marche "Together in Peace. Freedom. Respect", le 15 mars 2015, le tournoi de football "Football for Peace", à Molenbeek, le 20 avril 2016 et récemment le projet interconvictionnel "Bridges for Peace", pour des élèves bruxellois, le 26 septembre 2017.

Rappelons que la communauté Sant'Egidio est un mouvement international de laïcs chrétiens. Il a signé précédemment, également en partenariat avec les évêques catholiques et des associations catholiques et protestantes, des accords en Italie et en France pour l’accueil de, respectivement, 2.500 et 500 réfugiés dans ces pays. La Belgique est le troisième Etat de l’Union européenne qui met en œuvre un "couloir humanitaire". Sant’Egidio mène actuellement des discussions avec les autorités d’autres pays européens et des partenaires pour mettre en œuvre des projets similaires.

J.J.D/cp

Lire le message des évêques de Belgique


Dans la même catégorie