Ramadan : Un repas de rupture de jeûne dans une église de Molenbeek


Partager
Ramadan : Un repas de rupture de jeûne dans une église de Molenbeek
Par Anne-Françoise de Beaudrap
Publié le - Modifié le
2 min

Vendredi 17 juin, l'église Saint Jean-Baptiste de Molenbeek ouvrait ses portes pour un repas fraternel inédit. Les catholiques ont invité des musulmans à partager le repas du coucher du soleil ensemble.

ramadan-eglise-moleenbeek-28b46Ces derniers mois, la commune de Molenbeek-Saint-Jean a souvent fait la Une de l'actualité, avec un regard alarmant. Sur l'initiative de l'abbé Aurélien Saniko, responsable de cette paroisse, 600 personnes de différentes confessions et culture se sont rassemblées à l'intérieur de l'église, là où était dressé une immense table. "Au menu, il y avait le potage musulman harira très typique pour cette période de ramadan et les plats traditionnels musulmans étaient complétés par des mets apportés par des participants", raconte le responsable de la paroisse.

Père-Aurélien-SANIKO-et-Imam-Jamal-HABBACHICH-Noël-solidaire-dans-une-église-de-Molenbeek-1132x509L'abbé Saniko (au centre sur la photo) précisait dans l'invitation à ce repas: "Cette rencontre donne l’occasion de mettre en avant une fête religieuse musulmane, de rechercher les points communs entre les cultures et de créer des liens entre les habitants de notre belle commune multiculturelle. Ce moment de rapprochement permet enfin d’échanger sur la pratique du jeûne dans les différentes cultures." Sarah Turine, échevine de la cohésion sociale à Molenbeek, précisait encore: "Il suffit parfois de moments de convivialité pour déconstruire quelques préjugés. Des associations de diverses cultures et origines offrent un repas commun pour cette rupture du jeûne. Une belle tablée avec des musulmans, des juifs, des chrétiens, des athées, des Molenbeekois, des non-Molenbeekois."

Les échos qui ont été publiés sur les réseaux sociaux montrent la réussite de ce projet de "vivre ensemble", même si cela n'a duré qu'une soirée. En introduction au repas, l'abbé Aurélien Saniko s'est exprimé, suivi par le mari de Loubna Lafquiri, la jeune enseignante d'origine marocaine décédée lors des attentats de Bruxelles. Un participant relevait que "ce moment a fortement ému l’assemblée. Tout le monde était conscient que le monde se construit ensemble malgré nos différences."

A.-F. de Beaudrap (DH, Huffington Post)

Catégorie : Belgique

Dans la même catégorie