Les évêques belges appellent à l’ouverture des frontières et à une solide politique d’accueil


Partager
Les évêques belges appellent à l’ouverture des frontières et à une solide politique d’accueil
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
2 min

 

Conférence épiscopale de Belgique : Mgr Jean Kockerols, Mgr Pierre Warin, Mgr Jean-Luc Hudsyn, Mgr Jean-Pierre Delville, Mgr Leo Lemmens, Mgr Johan Bonny, Mgr Patrick Hoogmartens, Mgr Guy Harpigny, Mgr André-Joseph Léonard, Mgr Luc Van Looy, Mgr Rémy Vancottem, Mgr Jozef De Kesel.

Conférence épiscopale de Belgique : Mgr Jean Kockerols, Mgr Pierre Warin, Mgr Jean-Luc Hudsyn, Mgr Jean-Pierre Delville, Mgr Leo Lemmens,
Mgr Johan Bonny, Mgr Patrick Hoogmartens, Mgr Guy Harpigny, Mgr André-Joseph Léonard, Mgr Luc Van Looy, Mgr Rémy Vancottem, Mgr Jozef De Kesel.

A la suite de l’afflux de milliers de réfugiés et de migrants à nos portes, les évêques belges estiment qu’un pays ne peut refuser d’accueillir des personnes vraiment dans le besoin. "Notre attitude doit toujours être faite d’accueil et de respect, indépendamment de nos différences", précisent-ils dans une déclaration publiée ce mardi 13 octobre.

Sur ce point, les évêques ne veulent pas transiger. L’accueil ne peut être soumis à des conditions qui angoissent ces personnes. Les réfugiés et ceux qui ont été contraints de migrer n’ont pas le choix. Ils recherchent la sécurité. Ils ne peuvent se sentir obligés de mentir, d’inventer une histoire ou de changer de religion pour être mieux accueillis. Les plus vulnérables doivent être prioritaires, et non pas les personnes les plus rentables économiquement.

Les évêques constatent quotidiennement que la population belge est prête à vivre avec les réfugiés et les migrants. Ils soutiennent avec force et souhaitent prolonger dans la durée ce climat généreux. Ils appellent les propriétaires, les paroisses et les associations à mettre à disposition les maisons, appartements vides ainsi que des ressources. Ils appellent à collaborer à la réception, au soutien, à l'éducation et à la formation professionnelle de ces personnes. Si ces réfugiés peuvent retourner plus tard chez eux, ils doivent pouvoir repartir avec de meilleures opportunités. Les évêques sont convaincus que les chrétiens et de nombreux citoyens répondent à un tel engagement avec confiance. Ils demandent à la population de "ne pas céder à la peur ou à l'incompréhension. L'évangile est exigeant, mais ensemble, nous pouvons porter cet engagement dans la durée."

Les évêques de Belgique souhaitent que les gouvernements et les citoyens engagent davantage de ressources financières ainsi que toutes les formes de connaissances pour lutter contre les causes de ces migrations forcées dans les pays d’origine. "Développement et paix exigent une collaboration et une concertation internationale. La Belgique doit être un leader dans ce domaine et doit aussi augmenter sensiblement sa contribution aux pays en développement: cette dernière n’est actuellement pas assez importante ni proportionnelle à la prospérité et la capacité du pays", concluent les membres de la Conférence épiscopale.

Lire le texte intégral de la déclaration des évêques


Dans la même catégorie