Des progrès considérables pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer


Partager
Des progrès considérables pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
2 min

seniorDes chercheurs néerlandais ont réalisé un pas important pour diagnostiquer de manière précoce les malades d'Alzheimer. En observant le niveau de la neurogranine, une protéine dans le liquide céphalorachidien, on pourrait dans le futur déceler plus rapidement l'apparition de la maladie.

L'étude, menée par Maartje Kester, chercheuse au centre médical VU d'Amsterdam a été présentée durant un conférence internationale sur cette maladie organisée à Washington DC. Avec son équipe, la chercheuse néerlandaise a réalisé une étude auprès de 162 personnes réparties en trois groupes: des patients en bonne santé, d'autres présentant des signes d'une déficience cognitive légère et les derniers atteints de la maladie d'Alzheimer. Tous ont été suivis durant environ quatre ans et ont subi plusieurs expériences. "La neurogranine est manifestement impliquée dans la communication entre les cellules nerveuses dans le cerveau", expliquent les chercheurs, dont l'étude a été présentée à la Conférence internationale de l'association d'Alzheimer 2015 à Washington DC. Il en ressort que le niveau de cette protéine dans le liquide céphalorachidien est plus élevé chez les personnes atteintes de la maladie. La neurogranine est en outre davantage présente parmi les patients avec une déficience cognitive légère qui développent ultérieurement la maladie que parmi ceux qui ne la développent pas. "Lorsque la maladie d'Alzheimer peut être détectée à un stade précoce, les patients et leurs proches peuvent mieux se préparer à son arrivée. Avec cette protéine, le cours et l'avancée de la maladie pourraient également être mieux suivis", concluent les chercheurs.

MVL, d'après Belga et le Vif

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie