Droits humains, la Belgique peut mieux faire


Partager
Droits humains, la Belgique peut mieux faire
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Amnesty International rapport 2015Amnesty International a publié ce mercredi 25 février 2015 son rapport annuel dans lequel l'ONG étudie, au cas par cas, la situation des droits humains dans plus de 160 pays. Pour la Belgique, Amnesty dénonce la surpopulation dans les prisons, le manque d'encadrement spécifique pour les auteurs d'infraction atteints de troubles mentaux, la discrimination, le non-respect des droits des minorités sexuelles et la violence faite aux femmes.

Conditions carcérales

Le rapport d'Amnesty International pointe une nouvelle fois du doigt les conditions de détention en Belgique: "d’après les statistiques officielles (de mars 2014), la population carcérale dépassait de plus de 22% la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires". Le recours à des mesures de substitution à la privation de liberté est recommandé. Le rapport mentionne également l'inquiétude exprimée en janvier par le Comité contre la torture (ONU) concernant le traitement des auteurs d’infractions atteints de troubles de la santé mentale. Ceux-ci continuent à être détenus dans les quartiers psychiatriques de prison ordinaire, avec un accès très limité à des soins adaptés.

Discrimination

En mars, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale [ONU] s’est dit préoccupé par les allégations de violences et mauvais traitements racistes infligés par des policiers à des migrants. Il a recommandé de renforcer le mécanisme de plainte contre les policiers.
En février, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance a souligné que les musulmans, et en particulier les musulmanes portant le voile ou le foulard, continuaient d’être victimes de discrimination dans les domaines de l’emploi et de l’accès aux biens et aux services.
En 2013, le réseau d’enseignement de la Communauté flamande (GO!) avait confirmé l’interdiction générale des signes et vêtements religieux dans tous ses établissements scolaires dans la partie néerlandophone du pays.

Droits des minorités sexuelles

En mai 2014, une nouvelle loi interdisant la discrimination fondée sur l’identité de genre et l’expression de genre a été adoptée, mais les dispositions relatives à la transsexualité restent floues. Depuis 2007, les personnes transgenres doivent se soumettre à une évaluation psychiatrique et à une stérilisation comme condition à la reconnaissance de leur identité de genre à l’état civil. Ces conditions sont discriminantes, estime Amnesty.

Torture et autres mauvais traitements

En janvier, le Comité contre la torture s’est dit préoccupé par les projets d’extradition et de renvoi de ressortissants de pays tiers vers des pays ayant fourni des assurances diplomatiques. Il a rappelé que ce type d’assurances ne réduisait pas le risque de torture ou de mauvais traitements.

Violences faites aux femmes

"Un quart des femmes en Belgique se sont vu imposer des relations sexuelles par leur partenaire et 13% ont été victimes de viol en dehors du couple", rapportait un sondage national, commandé par Amnesty et publié en février 2014. L'ONG estime que la lutte contre ces formes de violence n'est pas guidée par une approche coordonnée et globale.

MVL (d'après le rapport d'Amnesty International)


Dans la même catégorie