Audience : François prie pour la paix au Moyen-Orient et dans le nord de l’Afrique


Partager
Audience : François prie pour la paix au Moyen-Orient et dans le nord de l’Afrique
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

Audience-pape-30-04-14Lors de l’audience générale de ce mercredi, le pape a poursuivi sa catéchèse sur la famille, abordant l’image du frère et de la sœur. Il a aussi invité une nouvelle fois à prier « pour nos frères égyptiens qui, il y a trois jours, ont été tués en Libye pour le seul fait d’être chrétiens ».

Le souverain pontife a demandé au Seigneur de les « accueillir dans sa maison et qu’Il donne du réconfort à leur famille et à leur communauté », avant de prier « pour la paix au Moyen-Orient et dans le nord de l’Afrique, rappelant tous les défunts, les blessés et les réfugiés ». « Que puisse la communauté internationale trouver une solution pacifique à la situation difficile en Libye ».

Poursuivant sa catéchèse sur la famille à l'occasion de l’audience générale Place Saint Pierre, après avoir traité de la mère et du père, le pape a tenu à évoquer la figure du frère et de la sœur, « deux mots », a-t-il dit, « que le christianisme aime ». L'expérience familiale rend ces mots et ces concepts connus de toutes les cultures et de tous les temps. Lorsque le lien fraternel est détérioré, le conflit prévaut et Dieu demande à Caïn ce qu'il en est d'Abel. Et malheureusement, siècle après siècle résonne la terrible réponse: Je l'ignore, suis-je donc le gardien de mon frère? La rupture du lien entre frères blesse l'humanité. Et quelle peine lorsqu'il se rompt en famille, pour des broutilles comme pour un héritage! Si on pense que tous sont issus du même sein maternel. Nous connaissons tous des familles ainsi déchirées. Puisse le Seigneurs aider ces frères et soeurs à reconstruire leurs familles. Et pensons dans nos prières aux frères et sœurs divisés. C'est que la fraternité, a assuré François, naît au sein de la famille, cette « grande école de liberté et de paix. Même si on n'en est pas toujours conscient, c'est la famille qui fournit la première expérience fraternelle...et la diffuse telle une promesse dans toute la société et dans les rapports entre peuples ». C'est l'action de Jésus qui dilate de façon incroyable le lien fraternel, « le rendant capable de dépasser les différences de langues, de cultures et de religions ».

Que seraient les liens interpersonnels si on ne pouvait dire à quelqu'un: "Tu es pour moi comme un frère". L'histoire montre que l'égalité et la liberté sans la fraternité peuvent devenir individualisme et conformisme, parfois même intérêt personnel. La fraternité en famille est faite de patience et d'attention envers les éléments les plus faibles... « Et puis avoir un frère ou une sœur proche est quelque chose de beau et d'irremplaçable. Il en va de même de la fraternité chrétienne: Les plus petits et faibles sont en droit d'attendre notre soutient. Nous devons les aimer tels qu'ils sont et les aider. Lorsque les pauvres sont comme de la maison notre fraternité chrétienne s'accomplit car les chrétiens ne vont pas au devant les pauvres et des faibles par obéissance à une idéologie mais à la parole et à l'exemple du Christ. Tel est le principe de l'amour de Dieu et de toute justice entre les êtres humains. Je suggère à chacun de réfléchir en silence à ces frères et sœurs, et de prier pour eux: Plus que jamais, a-t-il ajouté après un temps de recueillement, « nous devons diffuser la fraternité au sein d'une société techno-bureaucratique, afin aussi que la liberté et l'égalité soient ravivées. Pour aucune raison nous ne devons priver nos famille des bienfaits d'une large fraternité...ni perdre confiance dans la largeur de vue que la foi peut donner avec la lumière de Dieu », a conclu le pape.

Radio Vatican


Dans la même catégorie