Ligue des familles: proposition de réforme des allocations familiales


Partager
Ligue des familles: proposition de réforme des allocations familiales
Par Anne-Françoise de Beaudrap
Publié le - Modifié le
2 min

Plus de 10 000 familles s'associent à la pétition "Allocs en mieux" de la Ligue des familles. La gestion des allocations familiales passe de l'échelon fédéral aux niveaux régionaux. C'est l'occasion de simplifier ce système aux 700 cas particuliers.

Signatures Ligue des familles

Il fallait de la place lundi 26 janvier pour accueillir le geste solennel de la présidente de la Ligue des familles envers les deux ministres en charge des allocations familiales. C’est dans les locaux de la Ligue à Ixelles que l’association a remis une longue pétition riche de 10 000 signatures à Céline Frémault (Bruxelles-Capitale) et Maxime Prévot (représenté par sa cheffe de cabinet Alda Greoli) pour la Wallonie. Ce sont en effet les Régions qui géreront cette compétence autrefois fédérale.

Par ce geste symbolique, la Ligue des familles montre sa proposition de réforme du système des allocations familiales. La ministre bruxelloise, Céline Frémault, a reconnu: "Une proposition étayée par les familles et qui tient la route, ça, c'est formidable."

Financial problems in family.Le système actuel prévoit des allocations familiales dont le montant varie selon le rang de l'enfant: moins de 90 euros par mois pour le premier, 160 pour le second et 250 pour le troisième. Or, dans la réalité, les frais les plus importants portent sur le premier enfant. Les allocations familiales varient également selon le statut social des parents. Une mère de famille indépendante témoigne: «Pour la naissance de notre premier enfant, les allocations étaient encore vraiment dérisoires par rapport aux salariés. Il était vraiment temps qu'elles s'alignent sur les autres ! Que voulez vous faire avec 30 € par mois ? Un enfant d'indépendant ne coûte pas moins cher qu'un autre. Et quand on lance sa propre activité, les finances sont assez chaotiques... »

La proposition de la Ligue des familles s'appuie d'abord sur une simplification des montants : chaque enfant donnerait le droit à une allocation de 160 euros, quelque soit son rang familial. L'association préconise également un supplément fixe pour chaque enfant à partir de 14 ans: "à cet âge, il ou elle commence à consommer comme un adulte. Ses frais font un bond significatif!" La Ligue des familles propose donc un supplément de 50 euros pour tout ménage comptant un adolescent.

Les ministres wallon et bruxellois présents à Ixelles le 26 janvier ont déclaré "vouloir mettre en place un nouveau système qui tienne compte de la réalité des familles aujourd'hui." Forte des 10 000 signatures collectées dans cette campagne "Allocs en mieux", la Ligue des familles a fait une demande directe et officielle à la ministre présente, Céline Frémault : pouvoir siéger au sein des organes de gestion des Organismes d’Intérêt Public qui seront, demain, en charge des allocations familiales des Bruxellois et des Wallons. L'association tiendra de toute façon à l'œil l'évolution de ce chantier avant l'échéance du 31 janvier 2019.

Anne-Françoise de Beaudrap


Dans la même catégorie