La visite de François à l’Europe : “Un message d’espoir et d’encouragement”


Partager
La visite de François à l’Europe : “Un message d’espoir et d’encouragement”
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
4 min

MarxA l'occasion de la visite du Pape François au Parlement européen, le président de la Commission des Conférences épiscopales de l'Union européenne (COMECE), le cardinal Reinhard Marx a estimé que le discours du pape était un message d'espoir et d'encouragement - non seulement pour les membres du Parlement européen, mais aussi pour tous les citoyens européens.

Le président de la COMECE a rappelé que la visite du souverain pontife au Parlement de Strasbourg était en fait la première rencontre du pape avec l'Europe dans son ensemble. "Dans son discours au Parlement européen, le Pape François a souligné l'importance et la nécessité de l'intégration européenne. Le fait même que sa première visite soit consacrée au Parlement européen avant de se rendre dans l'un des Etats membres de l'Union européenne, montre l'estime que le pape accorde à l'Union européenne", a estimé le cardinal.

Le droit et les valeurs au centre

Selon lui, le cœur de cet encouragement de François réside dans l’appel qu’il a adressé à  l'Europe, à ne pas regarder en arrière, sur un passé glorieux, avec nostalgie ou auto-satisfaction. "Au contraire, il a appelé à se tourner avec courage vers l’avenir et à le façonner. Il ne faut pas persister à se préserver à tout prix et de manière défensive, mais il faut développer des idées nouvelles et puissantes pour le monde. On pourrait presque considérer ce discours du Pape comme une petite encyclique sociale pour l'Europe".

Le cardinal allemand a ajouté que le message papal plaçait la personne au centre de l'unification politique de l'Europe, "non pas tant comme citoyen, ni comme sujet économique, mais en l’homme comme personne dotée d’une dignité transcendante."  La place centrale de la personne dans l'intégration européenne place le droit et les valeurs au centre, pas l'économie. Dans ce contexte, le pape a exhorté à "construire ensemble une Europe qui tourne, non pas autour de l'économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables".

Sur la base de ces considérations, François a également apporté une précieuse contribution au sujet des défis politiques de l'UE, a poursuivi le prélat, précisant que le pape l’a exprimé d'une manière particulièrement positive avec l'image des talents de l'Europe qu’il convient d’encourager. "Parmi ces talents, il compte la famille comme le fondement et la garantie d’un avenir d'espoir, l'éducation et la science, qui doivent promouvoir la croissance intégrale de l’homme. Le Pape a notamment rendu hommage à l'UE pour son engagement écologique et il a rappelé que nous ne sommes pas les propriétaires de la terre, mais ses gardiens. Il enjoint ainsi les responsables politiques européens à maintenir, malgré les difficultés, leur engagement écologique  dans la perspective de négociations internationales qui s’annoncent difficiles".

Il a aussi insisté sur le fait que le pape attache une importance majeure au travail. "Il a souligné à plusieurs reprises dans son discours que les personnes tiraient leur dignité de l’emploi. Cependant, cela nécessite non seulement la création d’emplois, mais aussi de bonnes conditions de travail". Le pape a rappelé que la flexibilité était nécessaire, mais aussi des perspectives d’emploi stables. Pour le cardinal Marx, il est particulièrement important que le pape ait mis à nouveau le doigt, après sa visite à Lampedusa, sur la souffrance liée à la politique migratoire européenne. "Il ne s’est pas contenté d’avertir que la Méditerranée ne devait pas devenir un grand cimetière, mais a exhorté les Européens à des mesures politiques concrètes de solidarité et à éliminer les causes de la migration".

Et de conclure: "Je suis particulièrement heureux que le pape ait souligné la contribution que la COMECE a fournie et continue de fournir dans l'UE. Il a d’ailleurs salué le dialogue entre l'Union européenne et les communautés religieuses, qui a été repris par le traité de Lisbonne dans le droit primaire de l'Union et dans le cadre duquel l'Eglise mène un dialogue avec l'Union. C’est cette voie du dialogue avec l'UE, que nous, évêques de la COME CE, voulons poursuivre dans le futur, encouragés par le discours du pape. Pour son message d'espoir et d'encouragement pour tous les pays européens, je suis très reconnaissant au pape. Enfin, le pape a clairement fait savoir que l'Europe devait être un point de référence précieux pour toute l'humanité".

Catégorie : International

Dans la même catégorie