Soudan : Meriam Ibrahim, à peine libérée, a été arrêtée à l’aéroport !


Partager
Soudan : Meriam Ibrahim, à peine libérée, a été arrêtée à l’aéroport !
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

Meriam IbrahimLa mobilisation en faveur de Meriam Ibrahim a payé. Cette chrétienne soudanaise condamnée à mort pour apostasie le 15 mai et qui a accouché en prison a été libérée lundi 23 juin.

Amnesty International avait annoncé, prudemment, la nouvelle lundi 23 juin, dans l'après-midi. Elle a été confirmée quelques heures plus tard par son avocat: Meriam Ibrahim est libre. Née en 1987 d’un père musulman et d’une mère orthodoxe qui l’a élevée seule, cette jeune femme – qui se considère comme chrétienne – a été condamnée à la peine de mort par pendaison, le 15 mai dernier, en vertu de l’interprétation soudanaise de la charia (loi islamique), en vigueur depuis 1983, qui interdit les conversions sous peine de mort.

Mariée à un chrétien, elle a également été condamnée à cent coups de fouet pour "adultère", car, selon l'interprétation soudanaise de la charia, c'est ainsi que l'on considère toute union entre une musulmane et un non-musulman.

Une mobilisation internationale

Déjà mère d'un petit garçon et enceinte de huit mois au moment de sa condanmation, elle a accouché d'une petite fille en prison, avant d'être transférée dans la prison de l'établissement pénitentiaire. Une situation qui a provoqué l'émoi de la communauté internationale. Des ONG, comme Amnesty International ou l'ACAT, et des Etats, Grande-Bretagne et Etats-Unis en tête, ont pris fait et cause pour la jeune femme, et demandé au gouvernement soudanais le respect du droit à la liberté religieuse.

"Meriam a été condamnée à mort, alors qu'elle était enceinte de huit mois pour quelque chose qui ne devrait pas être considéré comme un crime", a déclaré Darah Jackson, directrice régionale adjointe d'Amnesty International. "En outre, son traitement odieux, y compris le fait qu'elle a été enchaînée, a violé le droit international des droits humains contre les mauvais traitements." L'ONG demande donc à Khartoum d'abroger les dispositions qui criminalisent les actes d'apostasie afin que personne d'autre ne subisse le même sort au Soudan, et à "instituer un moratoire sur les exécutions, première étape vers l'abolition de la peine de mort".

P. A. (avec La Croix)

DERNIERE MINUTE : NOUVELLE ARRESTATION !

La liberté de Meriam Ibrahim aura été de courte durée. La jeune femme a en effet été arrêtée ce mardi à l'aéroport de Khartoum alors qu'elle s'apprêtait à quitter le pays, avec son époux. Selon son avocat et des sources proches de la famille, le couple aurait été emmené dans des locaux du puissant Service national de renseignement et de sécurité (NISS). Le sort de leurs deux enfants, dont un nourrisson né en prison, n'est pas connu.

"La sécurité nationale l'a arrêtée avec Daniel", a déclaré la source, en référence à son époux de nationalité américaine. Le sort de ses deux enfants, dont un nourrisson né en prison, n'était pas connu dans l'immédiat. Le couple a été arrêté aux environs de 13 heures (heure de Paris) alors qu'il tentait de quitter le pays et e

Catégorie : International

Dans la même catégorie