Les religieuses américaines ont leurs supporters


Partager
Les religieuses américaines ont leurs supporters
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
2 min

LCWR 3Le 23 juin dernier, le pape François a reçu une lettre signée d'associations catholiques et de théologiens américains critiquant la façon dont la Conférence des religieuses américaines (LCWR) a été traitée par le Vatican.

Cela fait deux ans que les relations sont tendues entre Rome et la LCWR. En avril 2012, le Vatican a effectivement demandé une réforme complète de cet organisme qui fédère les supérieures de 80% des congrégations religieuses féminines aux Etats-Unis. La Congrégation pour la doctrine de la foi reproche à ces femmes d'avoir pris quelques libertés avec le magistère de l'Eglise, notamment en ce qui concerne l'avortement, la contraception, l'homosexualité, l'euthanasie, l'ordination des femmes et le célibat des prêtres. Elle critique aussi l’importance qu’elles accordent aux "idées futuristes" d’évolution de la conscience, mouvement cherchant à percevoir le potentiel du présent à travers la méditation, l’intelligence collective et la contemplation psycho-spirituelle.

Une lettre et une pétition

Si certains partagent le point de vue de Rome, d'autres regrettent la façon dont la LCWR a été traitée dans cette affaire. Le pape François a d'ailleurs reçu, ce lundi 23 mai, une lettre signée d'associations catholiques et de théologiens américains regrettant le "traitement injuste" infligée à ces religieuses. Ils mettent en avant leur "service inconditionnel" rendu à la société, qui représente, à leurs yeux, "la démonstration la plus authentique" de la vision que le pape a de l'Eglise. Ils demandent que le travail de la LCWR soit "honoré plutôt que critiqué". En mai dernier, une pétition en ligne en faveur des religieuses américaines avait déjà récolté près de 10.500 signatures.

Depuis deux ans, la LCWR fait plutôt profil bas, mais en mai dernier, elle a de nouveau défrayé la chronique en honorant d'un prix Sœur Elizabeth Johnson, théologienne à l'Université Fordham (université jésuite new-yorkaise), critiqué à Rome "pour la gravité de ses erreurs doctrinales".

P. A.

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie