L’Eglise arménienne renforce encore ses contacts avec le Vatican


Partager
L’Eglise arménienne renforce encore ses contacts avec le Vatican
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
2 min

Le pape François reçoit Aram Ier, l’un des quatre chefs de l’Eglise arménienne, ces derniers jours au Vatican. Un voyage marqué par l’œcuménisme.

Aram Ier

Le Catholicos de la Grande Maison de Cilicie (une branche de l’Eglise arménienne) Aram Ier est à Rome depuis hier. Une prière commune avec le Saint-Père est prévue aujourd’hui.

Mais Aram Ier est également président du Comité central du Conseil œcuménique des Eglises (COE), un groupe de dialogue entre plusieurs communautés orthodoxes et protestantes. A ce titre, il rencontrera également les membres du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Les rapports entre les différentes églises de la communauté chrétienne (en grec: oeikumene) tiennent fort à cœur au pape François.

Il doit prier sur la tombe de Saint Pierre dans la Basilique du même nom et devant la statue de Grégoire l’Illuminateur. Saint Grégoire est l’évangélisateur du royaume d’Arménie au IIe siècle après Jésus-Christ. Cela avait fait de l’Arménie le tout premier Etat chrétien du monde… en 301.

Le pape François avait déjà reçu le Patriarche Karékine II, autorité suprême des Arméniens, le 9 mai dernier au Vatican. Là aussi, ils avaient évoqué l’œcuménisme; le pape François avait expliqué que "la souffrance et le martyr jusqu’au sang sont de puissants moyens pour marcher vers le chemin de la réconciliation".

Avec ces deux rencontres, ce sont les liens entre l’Eglise catholique et la petite mais très ancienne Eglise arménienne qui se renforcent encore un peu. Comme avec les Coptes, le pape François tente de trouver des chemins d’unité spirituelle, sans se laisser ralentir par des questions strictement institutionnelles.

M.B.

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie