Vatican : 200 transactions suspectes en 2013


Partager
Vatican : 200 transactions suspectes en 2013
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le
3 min

Blanchiment_argentLe Vatican a fait des progrès significatifs dans la lutte contre les activités illégales dans les domaines financier et monétaire. C'est ce qui ressort du rapport annuel de l'AIF (l’Autorité d’information financière du Saint-Siège).

Un chiffre à retenir: 202 transactions suspectes ont été signalées en 2013 au Vatican contre six seulement l’année précédente. Le directeur de l’AIF a expliqué cette très forte augmentation par le développement des outils légaux à disposition, mais aussi par une performance accrue des entités qu’elle supervise. Par "suspecte", on entend que la transaction ne correspondait simplement pas au profil du compte. Cinq cas ont été transférés au promoteur de justice du Vatican en vue d’une enquête judiciaire, mais nulle précision n’a été apportée. Par ailleurs, le nombre de requêtes d’information présentées par l’AIF à des autorités étrangères est passé d’une demande en 2012 à 28 en 2013, alors que celles reçues de l'étranger sont passées de 3 à 53. "Cette augmentation est due à une coopération internationale promue par une série d’accords bilatéraux", a précisé René Brülhart, le directeur de l’AIF.

Supervision et information financière

L’année dernière, l'AIF a pu asseoir son autorité grâce aux différents textes légaux promus entre juillet et octobre de l’année dernière, comme les deux Motu proprio du Pape l’été dernier. Son autorité se concentre autour de deux piliers: la supervision et l’information financière. L’inspection de l’Institut pour les Œuvres de religion (IOR) en début d’année a été l’une des actions concrètes de l’AIF. Elle s’est déroulée en trois phases: un questionnaire envoyé à l’IOR; l’inspection en elle-même ensuite dans les locaux de la banque durant quelques semaines; le rapport enfin d’ici quelques jours ou semaines. Il s’agit de vérifier si les mesures pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme sont bien mises en œuvre. L’opération a permis de "mettre en lumière les progrès accomplis par l’IOR ces douze derniers mois". Le plus grand accomplissement de l’AIF selon son chef, est son entrée dans le groupe Egmont, ce groupe qui rassemble les centrales d’annonces anti-blanchiment de 139 pays. L’autorité d’information financière a ainsi été reconnue au niveau international, s’est réjoui son directeur.

19 000 comptes contrôlés

L’AIF a été institué par Benoît XVI par un Motu proprio du 30 décembre 2010. Depuis un an et demi, le Suisse René Brülhart a pris la tête de l’autorité. Dans une interview au journal suisse Le Temps, il a expliqué "passer au crible les comptes de 19 000 clients". Un travail titanesque, qui serait payé près de 30.000 euros par mois selon la presse italienne. La question lui a été posée lundi en conférence de presse. "Je ne réponds pas aux questions personnelles", a tranché net le directeur de l’AIF.

Radio Vatican


Dans la même catégorie