Un politicien à la foi… André du Bus (CDH) lundi 19 mai


Partager
Un politicien à la foi… André du Bus (CDH) lundi 19 mai
Par Angélique Tasiaux
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Poursuivant leurs débats avant les élections du 25 mai prochain, les Médias Catholiques Belges Francophones (mcbf.be) ont donné la parole au CDH, en la personne d'André du Bus. Sénateur, député régional au parlement bruxellois et au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le mandataire politique a répondu aux questions lors d'une rencontre retransmise en direct ce lundi 19 mai, sur InfoCatho.be

Durant cet entretien, les propos furent largement bruxellois, avec un homme politique qui a pour matières de prédilection le handicap, la santé et l'environnement. Une attention à l'autre qui est probablement liée à sa formation de kinésithérapeute et licencié en santé publique.

Evoquant la politique actuelle d'immigration, André du Bus s'est fait le porte-parole de son parti, en soulignant la nécessité de poser une analyse objective: "Nous sommes favorables à une évaluation de la politique de regroupement familial. Il y a un problème d'humanisation." En effet, "la question du vivre ensemble est une des questions fondamentales de Bruxelles demain. Il y a beaucoup de jeunes non qualifiés qui sont issus de l'immigration, les choses se tiennent. Ils n'ont pas un environnement socio-économique suffisamment favorable pour les tirer. Il y a des conditions de vie qui ne favorisent pas le développement personnel."

Oui au dialogue inter-communautaire

Pour contrer les dangers liés aux "replis identitaires et communautaires", André du Bus se fait le chantre de l'échange entre communautés, toutes barrières confondues. "L'immigration rajeunit la population bruxelloise. Il faut saisir cette opportunité que représente cette jeunesse à Bruxelles. Nous devons transcender les clivages."

Ode à une Europe sociale

Le représentant du CDH soutient une vision qui place davantage le social au cœur des préoccupations. "Le véritable enjeu c'est l'emploi et la lutte contre le dumping social de la commercialisation avec des critères d'importation de tous les produits qui respectent les fondamentaux des droits de l'homme et du respect du travail tels que l'OIT les a édictés." En insistant sur la nécessité d'avoir des "acteurs sociaux qui aient une vision sociale", André du Bus n'a pas manqué de justifier le choix de Claude Rolin comme tête de liste aux élections européennes.

Polémique, la bioéthique

Sujet sensible par excellence, l'extension de l'euthanasie aux mineurs d'âge est un sujet qui fâche, notamment certains internautes des Médias Catholiques, qui reprochent au CDH de ne pas avoir quitté le gouvernement. Une telle attitude aurait été suicidaire, s'est défendu André du Bus: "Sortir d'un gouvernement 6 ou 8 mois avant les élections, c'était mettre à mal la sixième réforme de l'Etat dont les textes n'étaient pas encore votés." Afin de rassurer son électorat, le politicien s'est formellement engagé à défendre la vie: "Si nous participons à un gouvernement, la question de l'extension de l'euthanasie aux personnes âgées ou aux personnes atteintes de maladie dégénérative sera un véto complet." Dont acte.

Et les cathos?

Etiqueté catholique, André du Bus ne craint pas d'afficher ses convictions religieuses et de tenir des propos énergiques, tels que "la religion doit continuer à inspirer les politiques, qui ont un ancrage spirituel" ou encore "que la religion soit source de militance, c'est remarquable. J'ai un grand respect pour ceux qui affichent leurs convictions et nous forcent à la réflexion. Je soutiens intégralement les citoyens militants qui font passer leurs idées sur base d'une conviction religieuse." La parole est au débat.

Angélique TASIAUX

Mardi 20 mai, la série d'entretiens se clôturera avec Alain Destexhe (MR).

un politicien à la foi - André du Bus

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie