Pas de funérailles catholiques dans les funérariums en Flandre


Partager
Pas de funérailles catholiques dans les funérariums en Flandre
Par La rédaction
Publié le - Modifié le
2 min

funérailles

Dans une lettre ouverte publiée le 26 février dernier, Mgr Léon Lemmens, évêque auxiliaire du Brabant flamand, a rappelé qu'en Flandre, des funérailles catholiques ne pouvaient avoir lieu dans des funérariums. Ces derniers n’étant pas reconnus comme lieux de culte par l’Eglise catholique romaine.

Dans une lettre ouverte aux pastorales et agents funéraires de son vicariat, Mgr Léon Lemmens, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles et responsable du Vicariat du Brabant flamand et Malines, a rappelé la position des évêques flamands pour lesquels des funérailles ecclésiastiques ne pouvaient avoir lieu dans un funérarium. L’évêque a ainsi demandé aux prêtres, diacres, agents pastoraux et laïcs de Flandre de "s’abstenir de célébrer des funérailles dans des funérariums."

Dans sa lettre, Mgr Lemmens fait référence à la brochure de la Commission interdiocésaine de la pastorale de la liturgie des soins "En tant que chrétiens, nous célébrons l’adieu. Orientations à la liturgie des funérailles". Le texte stipule en effet que les " funérariums ne sont pas reconnus comme lieux de culte par l’Eglise catholique romaine et que les diocèses ne peuvent envoyer les gens dans ces lieux pour dire leurs adieux."

La lettre met en garde les responsables de maisons funéraires et leur demande de "respecter le règlement des paroisses catholiques de Flandre." Par extension , Mgr Lemmens demande donc à tous les prêtres, actifs ou retraités, diocésains ou appartenant à un ordre ou une congrégation religieuse, mais aussi aux diacres et à toutes les autres personnes engagées en pastorale à célébrer les funérailles dans les paroisses et d'abandonner les services funèbres dans les funérariums. "Une telle pratique n'est pas compatible avec les accords au sein des diocèses flamands, il crée de l'incertitude et de la confusion. La liturgie des funérailles ecclésiastique à l'église est encore la façon dont nous voulons aider au moment de dire au revoir à un être cher. Nous voulons continuer à mettre l'accent sur la qualité du service pastoral et liturgique."

L'évêque précise toutefois que "si une famille demande la présence d’un représentant de l’Eglise au funérarium, cela peut encore se faire si la demande émane exclusivement de la famille, et cette démarche se fera toujours gratuitement." Avant d’insister encore une fois sur le fait qu’une "liturgie d’adieu ne sera jamais célébrée dans un funérarium."

Est invoquée comme raison de la publication de cette lettre le fait que "plusieurs personnes" ont fait savoir à l’évêque auxiliaire qu’un "certain nombre de pasteurs ne tenaient pas compte de cet accord." Cela crée des "situations de confusion, de ressentiment, et de gêne ressenties à la fois par les pasteurs et par les fidèles", a conclu le prélat.

ST (avec Kerknet)


Dans la même catégorie