Lutte contre le racisme : la Belgique à la traîne


Partager
Lutte contre le racisme : la Belgique à la traîne
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

Discrimination 1Deux rapports, l'un émanant des Nations unies, l'autre du Conseil de l'Europe, pointent du doigt les manquements de notre pays en matière de lutte contre le racisme. Principale préoccupation: les discours de haine qui fleurissent sur Internet.

Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale, un organe dépendant des Nations unies, vient de rendre un bulletin plutôt sévère à l'adresse de la Belgique. Elle pointe notamment les lenteurs de notre pays à se doter d'une institution nationale des droits de l'homme, malgré les promesses du gouvernement fédéral.

Il fustige, par ailleurs, la persistance de manifestation d'antisémitisme et d'islamophobie sur notre territoire, et notamment l'interdiction du voile dans les écoles en Communauté flamande et la liberté laissée aux établissements en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le comité se dit aussi inquiet de la persistance de violences policières à caractère raciste, lesquelles, déplore-t-il, ne font l'objet que de fort peu de plaintes et de poursuites en justice. Le rapport dénonce, dans la foulée, la violence pratiquée lors des expulsions d'étrangers du territoire national. Enfin, il déplore toujours le traitement des demandeurs d'asile à la frontière, lesquels sont détenus de manière systématique. Pour l'organe onusien, la détention ne devrait être utilisée qu'en dernier recours.

Des propos haineux sur le Web

De son côté, la Commission contre le racisme et l'intolérance du Conseil de l'Europe se dit préoccupé face aux discours de haine qui fleurissent sur Internet dans notre pays. Elle recommande donc à la Belgique d'intensifier ses efforts pour combattre ce phénomène et de coopérer avec les autres Etats membres afin de combler tout vide juridique permettant la diffusion de tels messages. Le cabinet de la Ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, note à cet égard qu'une circulaire a été récemment prise pour y faire face.

Pour Jean-Paul Lheners, membre de la commission, il n'y a qu'un moyen de lutter contre ce fléau: l'éducation. "Il faut faire des efforts pour aborder ce sujet dans les écoles et pour créer un climat favorable à la compréhension mutuelle, au respect, pour souligner l'avantage que nous avons de vivre dans une société multiculturelle", a-t-il expliqué sur les ondes de la RTBF.

Discriminations à l'égard des musulmans

Le rapport de la Commission contre le racisme et l'intolérance note également que les musulmans continuent d’être confrontés à de nombreux désavantages et discriminations dans des domaines clés de la vie: risque plus important de vivre dans la pauvreté, représentation négative dans les médias, difficultés d'accéder à l'emploi, plus particulièrement pour les femmes voilées.

Enfin, la commission épingle certains aspects des programmes d'intégration mis en œuvre dans les entités fédérées qu'elle juge "discutables, voire discriminatoires". Elle considère notamment comme "particulièrement inquiétante" la décision prise à Anvers de prélever un droit de 250 euros à chaque fois qu'un non-Européen s'inscrit au service des étrangers.

Bref, si la Belgique dispose d'une très bonne législation en matière de lutte contre le racisme et la discrimination, elle doit encore intensifier ses efforts pour la mettre en pratique.

Pascal ANDRE

Lire aussi:


Dans la même catégorie