Enseignement : Mgr Harpigny évoque le blocage du décret “Titres et Fonctions”


Partager
Enseignement : Mgr Harpigny évoque le blocage du décret “Titres et Fonctions”
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
2 min

Rencontre Confirmands - Mgr Harpigny -  (7)Evêque de Tournai, mais aussi référendaire pour le cours de religion catholique dans la Fédération Wallonie-Bruxelles, Mgr Guy Harpigny a co-signé un communiqué avec Michel Desmedt, Inspecteur de religion catholique. Tous deux dénoncent le blocage du décret "Titres et fonctions" des cours de religion au gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles est interpellant.

"Dès janvier 2012, les chefs de culte s’étaient mis d’accord avec la ministre Marie-Dominique Simonet sur la nécessité d’exiger, pour les futurs enseignants des cours de religion, à la fois un titre pédagogique et un titre théologique délivrés par des institutions reconnues par la Fédération Wallonie Bruxelles pour l’octroi de diplômes", rappellent Mgr Harpigny et Michel Desmedt.

Ils précisent que c’est sur cette base qu’ont eu lieu les travaux du groupe technique, comme pour toutes les autres fonctions visées par la réforme générale des titres, regroupant des représentants de l’Administration, des Pouvoirs organisateurs, des Syndicats et des Chefs de culte. Ainsi, ce groupe de travail s’est mis d’accord sur des propositions qui ont servi de base pour la rédaction du projet de décret "Titres" pour les cours de religion.

Mesure dilatoire

"Renvoyer le texte aujourd’hui vers les Pouvoirs Organisateurs et les syndicats qui avaient marqué leur accord dans le groupe de travail, ne peut être interprété que comme une mesure dilatoire visant à empêcher l’adoption du décret avant la fin de la législature", estime le communiqué.

Et de préciser: "Il est inacceptable que le débat ouvert par certains quant à l’avenir des cours philosophiques (cours de religion et de morale non confessionnelle) serve de prétexte au refus de l’adoption de ce décret. Ce décret a pour seul enjeu de renforcer les exigences de formation et de qualification des enseignants de ces cours prévus par la Constitution et le Pacte scolaire. Il ne constitue nullement une entrave à une évolution de ces cours quant à leurs modalités d’organisation, si un débat démocratique y conduit".

Mgr Harpigny et Michel Desmedt rappellent que, "jusqu’à nouvel ordre, les enseignants des cours de religion sont des enseignants à part entière et il est totalement discriminatoire de leur refuser une mise à jour de la liste des titres et fonction accordée à tous leurs collègues des autres disciplines. Il s’agit d’une question d’égalité de traitement de tous les enseignants".

En conclusion, les signataires demandent donc que le décret "Titres" des cours de religion puisse suivre le même parcours que le décret "Titres" des autres cours parmi lesquels se trouve repris le cours de morale non confessionnelle.

J.J.D.


Dans la même catégorie