Centrafrique : Les civils infiltrés dans les lieux de culte doivent être désarmés


Partager
Centrafrique : Les civils infiltrés dans les lieux de culte doivent être désarmés
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
2 min

Mgr_nzapalainga2Lors d'une conférence de presse du vendredi 21 février, les deux principaux responsables religieux de Bangui, l'archevêque Dieudonné Nzapalainga (photo) et l'imam Omar Kobine Layama, ont appelé les croyants à déposer les armes.

"Que tous nos frères qui ont des armes les remettent, ont-ils déclaré. Les militaires doivent désarmer tout le monde, dans les églises et les mosquées". Selon les deux hommes, les civils armés "infiltrés" au sein des lieux de culte doivent déposer les armes de toute urgence. Cet appel interreligieux suit celui lancé, jeudi dernier, par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, concernant l'envoi de 3.000 hommes en soutien à l'armée française et à la force de l'Union africaine (Misca). Selon lui, "les besoins de sécurité dépassent de loin les capacités des troupes internationales déployées actuellement". Valérie Amos, la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, a également estimé qu'il n'y avait "pas assez de troupes sur le terrain".

Les deux leaders religieux tentent, depuis le début des exactions, de mobiliser les croyants afin que cessent les tueries entre chrétiens et musulmans. Selon l'archevêque, "beaucoup de Centrafricains ont des armes, musulmans et chrétiens. Les armes n'ont pas choisi un camp". L'imam Omar Kobine Layama ajoute que "des gens s'infiltrent avec des armes dans les sites religieux". Les deux responsables religieux ont d'ailleurs soutenu l'initiative onusienne concernant l'augmentation des troupes internationales. La présidente centrafricaine de transition Catherine Sampa Panza a salué dans une interview accordée à l'AFP et à France Inter, vendredi 21 février, "l'implication des religieux et des leaders communautaires" dans les opérations de maintien de la paix.

Vous ne pouvez pas vous dire chrétiens si vous tuez votre frère!

Les institutions de l'Eglise catholique de République Centrafricaine (RCA) accueillent actuellement des milliers de musulmans pourchassés par les miliciens pro-chrétiens anti-balaka, a rapporté le Service d’information catholique pour l’Afrique (CISA). A Baoro, dans le nord-ouest du pays, une paroisse catholique héberge plus de 2.000 musulmans qui n'ont pas la possibilité de fuir la ville. A Boali, une localité proche, ce sont plus de 650 musulmans qui ont trouvé refuge dans l'église. Toujours dans la même région, à Bossemptélé, un groupe de religieuses accueille plus de 500 musulmans à qui elles fournissent de la nourriture, de l'eau et des médicaments.
Dans un communiqué diffusé par la Caritas locale, Mgr Dieudonné Nzapalainga a invité tous les chrétiens à accueillir également des musulmans chez eux. "L'amour doit être une caractéristique des chrétiens. Vous ne pouvez pas vous dire chrétiens si vous tuez votre frère. Vous ne pouvez pas vous appeler chrétiens, lorsque vous pourchassez les gens", a-t-il rappelé.

AFP/APIC


Dans la même catégorie