Audience générale : “La mort et la maladie ne sont pas des tabous”


Partager
Audience générale : “La mort et la maladie ne sont pas des tabous”
Par Pierre Granier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

pape françois fiancésLa foule des grands jours avait rejoint la place Saint-Pierre ce mercredi. Quelque 50.000 personnes étaient en effet présentes pour l'audience générale du pape qui a poursuivi sa catéchèse sur les sacrements de l’Eglise avec le sacrement des malades.

"Le Sacrement des malades nous permet de toucher du doigt la compassion de Dieu pour l’homme", a déclaré le Pape. "Jésus a demandé à ses disciples de manifester sa préférence pour les malades et les souffrants, et il leur a transmis la capacité, par la grâce du sacrement, de leur donner la paix et le soulagement, en son nom et selon son cœur. Aujourd’hui encore, chaque fois que l’on célèbre ce Sacrement, Jésus, en la personne du prêtre, se fait proche de celui qui souffre, de celui qui est âgé ou gravement malade."

Appeler le prêtre ne porte pas malchance

"Ainsi, au moment de l’épreuve ou de la maladie", a ajouté le Pape François, "nous ne sommes pas seuls. Toute la communauté est présente par la prière fraternelle, Jésus lui-même nous prend par la main et nous rappelle que rien ne peut nous séparer de lui."
Après avoir donc rappelé l’importance du Sacrement des malades et expliqué que la mort et la maladie n'étaient pas des tabous, le Pape en a profité pour tordre le cou à certains préjugés ou superstitions. "Appeler le prêtre ne porte pas malchance. Certains imaginent que lorsqu'on appelle le prêtre pour le sacrement des malades, juste après, débarque le service des pompes-funèbres. C'est tout sauf vrai!"
Le Pape a par ailleurs salué un groupe de personnes atteintes de maladies rares, accompagnées de leurs familles. A l'occasion de la Journée mondiale des maladies rares, vendredi, le Pape a demandé "que les patients et leurs familles soient soutenus de manière adéquate dans leur parcours tout sauf facile, tant au niveau médical que législatif".

Appel pour un retour au calme au Vénézuela

Cette audience générale a aussi été l'occasion pour le pape de lancer un appel pour le Vénézuela afin que cessent au plus vite les violences et les hostilités, et d'inviter tous les croyants "à supplier Dieu, par l’intercession de Notre-Dame de Coromoto", afin que le pays retrouve au plus vite la paix et la réconciliation nationale.
Confronté à trois semaines de protestation contre sa gestion et de manifestations émaillées de violences, le président Nicolas Maduro doit lancer ce mercredi un dialogue national. Mais la principale figure de l'opposition, Henrique Capriles, battu d'un cheveu par M. Maduro lors de l'élection présidentielle d'avril, a déjà annoncé qu'il n'y participerait pas, se disant lassé des "mensonges" du président et de la répression policière contre la jeunesse.
Le président Maduro affirme pourtant être convaincu que "de grands accords vont être conclus" lors de cette conférence qui intervient au lendemain d'une nouvelle marche convoquée par des étudiants vénézuéliens et qui a faiblement mobilisé, illustrant un certain essoufflement du mouvement après trois semaines de protestations.

P.G. (avec Radio Vatican)


Dans la même catégorie