Bangladesh : Vif regain de tensions


Partager
Bangladesh : Vif regain de tensions
Par Angélique Tasiaux
Publié le - Modifié le
2 min

Bangladesh (c) la CroixLe constat est sévère: boycott des élections législatives, grève générale, violences, émeutes… la démocratie vit une nouvelle page sombre dans ce pays, qui a connu pas moins d'une vingtaine de coups d'Etat depuis la proclamation de son indépendance en 1971.

Au cours de ce nouveau scrutin, le parti actuellement au pouvoir, l'Awami League, se présentait sans adversaire dans plus de la moitié des circonscriptions, soit 153 sur 300. Et la Première ministre Sheikh Hasina Wajed annonce d'ores et déjà la victoire de sa formation et de ses alliés dans la majorité des sièges. D'après le quotidien "Daily Star", il s'agit d'une "victoire sans substance", sans réel "mandat ni légitimité éthique pour gouverner". L'opposition a d'ailleurs qualifié ces élections de "farce électorale", appelant à la grève générale jusqu'au 8 janvier. Un constat partagé par les Etats-Unis, le Commonwealth et l'Union européenne qui avaient renoncé à envoyer des observateurs lors des élections, jugeant d'emblée que ce scrutin n'était pas suffisamment transparent. La chef de file de l'opposition, Khaleda Zia, est en résidence surveillée depuis plus d'une semaine. Selon un bilan provisoire de la police, 200 bureaux de vote ont été vandalisés, le scrutin annulé dans plus de 400 bureaux, tandis qu'une vingtaine de personnes ont été tuées…

Avec 154 millions d'habitants, le Bengladesh est le huitième pays le plus peuplé au monde. Dans un tel climat, une recrudescence de l'extrémisme religieux n'est pas à exclure.

Photo (c) la Croix

A. T. (avec LLB)


Dans la même catégorie