Shimon Peres a rencontré le pape


Partager
Shimon Peres a rencontré le pape
Par Jean-Jacques Durré
Publié le
2 min

On se souvient qu'à l’occasion de la visite du président israélien au Vatican, la communauté palestinienne chrétienne s’en était remise à l’intervention du Saint Père, lui demandant son intervention. En cause : la décision du gouvernement israélien de bâtir une nouvelle portion du mur séparant Bethléem et Jérusalem. Ce 30 avril, Shimon Peres a rencontré le pape François.

Lors de la rencontre entre le pape et le président israélien, le souhait de voir « reprendre rapidement les négociations entre Israéliens et Palestiniens » a été exprimé de part et d’autre, « afin que, grâce à des décisions courageuses et à la disponibilité des deux parties, et grâce au soutien de la communauté internationale, on trouve un accord respectueux des aspirations légitimes des deux peuples, de façon à contribuer de manière résolue à la paix et à la stabilité de la région », a souligné le Saint-Siège.

Toujours selon le Vatican, le pape et le président ont aussi évoqué les rapports bilatéraux entre Israël et le Saint-Siège et les questions concernant les relations entre l’Etat et les communautés catholiques. Le président Peres a confié au pape son espérance dans son influence : « Vous avez un rôle important pour le progrès de la paix et la foi en elle. Je me tourne vers vous et je vous demande, que dans vos sermons, devant des millions de croyants du monde entier, vous puissiez exprimer l’espérance pour la paix au Moyen Orient et dans le monde ».

Invitation en Terre Sainte

Shimon Peres a aussi invité le pape à se rendre en Israël pour une visite d’Etat : il avait déjà exprimé cette invitation dans un message au début du pontificat.

 De son côté, le pape François a également évoqué l’antisémitisme dans le monde pour affirmer que celui-ci était contraire à la foi chrétienne.

Les deux hommes ont-ils abordé le problème soulevé par les chrétiens de Palestine ? Difficile à dire. Rappelons que dans une lettre ouverte, les chrétiens palestiniens demandaient au pape d’intervenir en leur faveur contre le tracé d’une nouvelle portion de mur séparant Bethléem et Jérusalem. Tracé confirmé par la justice israélienne, près sept années de procédure, et qui va priver de leurs terres 58 familles de Beit Jala ainsi que les couvents salésiens de la zone.

Mais, compte tenu du franc-parler du pape François, on peut se douter que cette affaire a été évoquée, même si les communiqués officiels n'en disent rien.

JJD (avec VIS)

(C) Photo: La Croix.com

Dans la même catégorie