Caritas ou la caresse de l’Eglise, selon le pape


Partager
Caritas ou la caresse de l’Eglise, selon le pape
Le cardinal hondurien Maradiaga coordonne les Conseil des cardinaux
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
2 min

cardinal_maradiaga

« Une Église sans la charité n’existe pas », a déclaré le pape François lors d’une rencontre avec les membres de Caritas Internationalis. Il a qualifié le mouvement « d’institution de l’amour de l’Eglise ».

« La charité est la caresse de l’Église ». Ces mots ont été adressé par le souverain pontife lors d’une rencontre avec le cardinal Oscar Maradiaga, président de Caritas Internationalis, accompagné de Michel Roy, secrétaire général et des membres du comité exécutif de l’organisme. Le pape a défini Caritas comme « l’institution de l’amour de l’Église ». Pour lui, Caritas a une double dimension : « l’action sociale, au sens le plus large », et aussi la dimension « mystique, insérée dans le cœur de l’Église ».

Profitant de l’occasion, le pape François a livré son analyse de la crise actuelle : « Il ne s’agit pas seulement d’une crise économique, ni d’une crise culturelle, ni d’une crise de la foi. C'est une crise dans laquelle l’homme est celui qui souffre des conséquences de l’instabilité. C’est aujourd'hui la personne humaine elle-même, la chair du Christ, qui est en danger. Et le travail de la Caritas, c’est d’en rendre compte ».

Le Saint-Père a mis en exergue le déséquilibre au niveau des investissements financiers. Il a rappelé qu’« à côté des grandes réunions internationales, on meurt de faim », tout en dénonçant « une culture consumériste, qui gaspille, mais aussi qui ne respecte pas les enfants, les personnes âgées, les personnes marginalisées ».

Enfin, le pape a également évoqué la spiritualité de la Caritas, « spiritualité de la tendresse alors que l’Église la met souvent de côté ». Et d’ajouter : « L'Église, lorsqu'elle est devenue trop sérieuse, c’est-à-dire lorsqu'elle a oublié la caresse et la tendresse, a toujours connu des dérives, est devenue sectaire, a connu l'hérésie ».

D’après La Croix


Dans la même catégorie