Festival “A films ouverts”


Partager
Festival “A films ouverts”
Par Pierre Granier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

Souvent réduit à sa fonction de divertissement, le cinéma est aussi un média efficace pour apprendre, comprendre et dénoncer. Le Festival "A films ouverts" en apporte la preuve. Il s'intéresse, pour sa 8e édition, au thème de l'identité.

Si le 21 mars n'est plus le jour du printemps, cela reste la "Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale". Une multitude d’animations, colloques, débats, expositions… fleurissent alors autour de cette date, dont le festival "A films ouverts". Ce dernier regroupe en fait deux initiatives portées depuis 2006 par l'asbl Media Animation: le Concours de Courts métrages Contre le Racisme et le Festival du Film Contre le Racisme.
Programmation éclectique et décentralisée caractérisent ce festival partagé entre Bruxelles et la Wallonie, et qui met à l’honneur un cinéma issu d’autres cultures. Il permet de visionner des films engagés (et de débattre ensuite) et de découvrir le cinéma autrement: comme vecteur du dialogue interculturel, voire comme acteur de la lutte contre le racisme, mais aussi comme reproducteur - parfois involontaire - de clichés ou de représentations dévalorisantes pour certaines cultures.

Le drame de l'identité

Cette année, le thème du festival est celui de l'identité. Une notion complexe que le cinéma n’a pas manqué d'aborder. Est-elle interchangeable ou nécessite-t-elle une transformation radicale de la personne pour intégrer une communauté ? Ou au contraire, une société doit-elle composer avec les identités propres à chacun pour trouver son équilibre ? Tient-elle du folklore des apparences, ou du plus profond des choix de vie ? A la couleur de peau, ou à la manière de manger ? A travers sa programmation ("El Gusto", "Cinéma Inch'Allah", "Bons baisers de la colonie", "Couleur de peau: Miel", "Le fils de l'autre"), le festival propose de répondre à toutes ces questions et d’examiner par quels aspects ces films présentés définissent une identité, ainsi que les conflits que cette dernière engendre pour les personnages.

"La Pirogue", en avant-première

A côté de cette programmation thématique, A Films Ouverts propose aussi une sélection libre, à plusieurs portes d’entrées: les sans-papiers, les problématiques sociales, l’expression culturelle, la découverte de la diversité, … Avec notamment "Monsieur Lazhar", "Les Femmes du 6e étage", "Terraferma", "The Best Exotic Marigold Hotel", "Les Barons", "Vol Spécial", "Asmaa"… Il y aura même un film en avant-première*: "La Pirogue". Un très beau long-métrage, qui nous raconte l'histoire d'un capitaine d’une pirogue de pêche, qui n’a pas d'autre choix que de devoir conduire une vingtaine de passagers clandestins jusqu'aux îles Canaries. Réalisée par Moussa Toure, cette œuvre forte et bien mise en scène, traite ainsi d'un sujet brûlant d’actualité ( la migration clandestine massive des populations africaines vers l’Europe), en le montrant de l’intérieur, bousculant ainsi le recul ou le jugement que l’on peut avoir sur ce phénomène.

Pierre GRANIER

Du 12 au 24 mars, un peu partout en Wallonie et à Bruxelles. Infos: www.afilmsouverts.be

* A Virton le 21 mars (au Patria, à 20h30), et à Namur le 22 mars (au Forum à 20h15)

Catégorie : Culture

Dans la même catégorie